USA : pourquoi les policiers n’ont pas arrêté le jeune blanc armé quand il était face à eux ? (VIDEO)

George Floyd a été tué par la police, étouffé, le genou sur son coup pour une histoire de “fausse monnaie” dans un magasin. Jacob Bake a eu 7 balles dans le corps alors qu’il rentrait dans sa voiture, aussi par la police. Les deux sont des afro-américains. Il y a eu des émeutes suite à ces deux événements aux USA.

C’est pour “défendre sa nation contre le désordre” que Kyle Rittenhouse, militant américain d’extrême droite de 17 ans, a tiré. Il est désormais accusé d’avoir tué deux personnes qui manifestaient contre les violences policières. La fusillade est arrivée peu avant minuit et, là encore, tout a été filmé.  

Pourtant, deux heures avant qu’il ne tire, Kyle Rittenhouse a répondu aux questions de Richie McGinniss, comme nous l’apprend Mediapart, responsable de la vidéo au Daily Caller, un site d’information et d’opinion américain très conservateur. Devant sa caméra, il explique la raison de sa présence. Il avait déclaré : « Les gens sont blessés. Notre rôle, c’est de protéger ces magasins et d’aider les gens. Si quelqu’un est blessé, je vais faire face au danger et c’est pour ça que j’ai mon fusil, parce que, bien sûr, je dois me protéger. J’ai aussi mon kit médical. »

https://twitter.com/savantifa?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1298694886665814017%7Ctwgr%5E&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.mediapart.fr%2Fjournal%2Finternational%2F270820%2Fkenosha-un-jeune-militant-d-extreme-droite-tue-deux-manifestants%3Fonglet%3Dfull

L’adolescent de 17 ans, habitant le village voisin d’Antioch, dans l’État de l’Illinois, n’était pas le seul à être venu armé. Un groupe Facebook baptisé « Kenosha Guard » (la « garde de Kenosha ») avait programmé un événement pour mardi soir nommé « Citoyens armés pour protéger nos vies et nos biens », avec plus de 2 600 participants. Selon le New York Times, son compte Facebook en disait long sur la personnalité de Kyle Rittenhouse : « Plusieurs publications sur ses réseaux sociaux proclamaient son soutien à la police, telles que le mouvement Blue Lives Matter et Humanize the Badge, une organisation à but non lucratif pour laquelle il a organisé une collecte de fonds sur Facebook à l’occasion de son 16e anniversaire. Ses messages suggéraient également une forte appétence pour les armes à feu, avec des vidéos montrant M. Rittenhouse s’entraînant à la cible dans la cour, posant avec des armes et assemblant un fusil d’assaut. » Sur le compte TikTok du jeune homme, sa biographie ne laisse aucun doute sur ses idées politiques : « J’essaye juste d’être connu. Trump 2020. Blue lives matter. » (en réaction avec les Black Lives Matter).

Il se dit patriote et membre de la “Kenosha Guard”

Mercredi 26 août, Facebook a retiré les comptes Facebook et Instagram de l’assaillant, mais aussi celui du groupe Facebook « Kenosha Guard », organisé comme une milice. « À ce stade, nous n’avons trouvé aucune preuve sur Facebook suggérant que le tireur suivait la page de Kenosha Guard ou qu’il ait été invité à leur événement. Cependant, cette page et cet événement enfreignaient notre nouvelle règle sur les organisations d’autodéfense et ont été retirés pour cette raison », a détaillé un porte-parole du réseau social auprès du site spécialisé The Verge. On apprend aussi dans les colonnes du site que mardi après-midi, quelques heures avant que Kyle Rittenhouse ne tire, le groupe Facebook aurait encouragé à une réponse armée. « Des patriotes prêts à prendre les armes et à défendre notre ville ce soir contre les voyous ? » Alors que les comptes ont été définitivement supprimés, de nouvelles preuves suggèrent qu’au moins deux utilisateurs de Facebook avaient prévenu la plateforme de la dangerosité de ce groupe, en vain. Pour l’instant, le réseau social empêche de créer un compte avec le même nom que celui du tireur présumé.

https://twitter.com/FredTJoseph?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1298588998370308096%7Ctwgr%5E&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.mediapart.fr%2Fjournal%2Finternational%2F270820%2Fkenosha-un-jeune-militant-d-extreme-droite-tue-deux-manifestants%3Fonglet%3Dfull

Le soir du 25 août, les images et les vidéos se sont multipliées sur les réseaux sociaux américains. Puis à l’étranger.

Il y a celle où de grands véhicules blindés de police passent devant les contre-manifestants, qui prétendent protéger un concessionnaire, avec parmi eux Kyle Rittenhouse. L’un des officiers de police leur demande s’ils ont besoin d’eau. Les contre-manifestants répondent par l’affirmative. Quelques secondes plus tard, alors qu’il marche entre les véhicules blindés, casquette blanche vissée sur la tête et fusil à la main, un shérif demande à Kyle Rittenhouse de quitter les lieux. « Vous êtes un civil. C’est un espace fermé à tous. Vous faites intrusion. Partez. Partez maintenant. » Dans le même temps, dans un micro, l’un des officiers les remercie. « Nous vous sommes reconnaissants, les gars, vraiment. » Puis l’un des policiers leur lance des bouteilles d’eau. 

Il y a cette autre vidéo, qui semble se passer quelques minutes plus tard, où l’on voit Kyle Rittenhouse courir et dire au téléphone : « Je viens de tuer quelqu’un. » Selon le New York Times, quelques secondes plus tôt, le jeune homme de 17 ans ouvrait le feu à quatre reprises, tuant une personne d’une balle à la tête. « Alors que M. Rittenhouse est poursuivi par le groupe, un homme armé inconnu tire en l’air, bien que l’on ne sache pas pourquoi. Le flash de bouche de l’arme apparaît dans les images filmées sur les lieux. M. Rittenhouse se tourne vers le bruit des coups de feu alors qu’un autre poursuivant se précipite vers lui dans la même direction. M. Rittenhouse tire ensuite quatre fois et semble tirer sur l’homme à la tête. »

Puis le jeune homme est poursuivi par un groupe de personnes non identifiables, « les témoins », explique la chaîne de télévision CBS Chicago. S’ensuit une courte course. Kyle Rittenhouse trébuche, tombe et tire, pour la deuxième fois de la soirée. Deux personnes semblent être touchées à ce moment-là. La première l’est au bras et s’enfuit, une arme à la main ; la seconde est touchée à la poitrine et tombe. Pour l’instant, les noms des victimes ne sont pas connus.

Pendant que l’assaillant tire, les policiers ne se déplacent pas. L’assaillant se relève rapidement et marche, au pas de course, les mains levées, vers les véhicules de police. On entend dans les vidéos des spectateurs et des militants crier aux policiers qu’il vient de tirer sur des gens, en vain. La police le laisse passer et se rend au chevet des victimes. Ces images tournent en boucle sur les réseaux sociaux et les manifestants reprochent à la police sa grande proximité avec les contre-manifestants armés, y compris quand ils tuent. Comme pour éloigner les justiciers autoproclamés de l’ordre et de l’Amérique blanche et traditionnelle, le shérif de Kenosha, David Beth, a écarté l’idée d’une police citoyenne : « J’ai vu des gens qui ont dit : “Pourquoi ne vous faites-vous pas suppléer par des citoyens ?” L’affaire montre pourquoi on ne se fait pas suppléer par des citoyens en armes pour protéger Kenosha. » 

Tentative de fuite après avoir tiré

Après avoir exécuté ses tirs, Kyle Rittenhouse a tenté de fuir chez lui, dans l’État de l’Illinois, où il pensait échapper aux poursuites. Cela n’a pas fonctionné. Pour le moment, il est incarcéré dans un centre pour adolescents. Il doit assister ce vendredi à une audience d’extradition vers le Wisconsin. 

Cette fusillade ravive les tensions dans un pays morcelé, où la communauté noire se fait régulièrement violenter par la police et insulter par le président. De son côté, Trump a tweeté : « Nous ne défendrons PAS le pillage, l’incendie criminel, la violence et l’anarchie dans les rues américaines. Mon équipe vient de téléphoner au gouverneur Evers, qui a accepté une aide fédérale », avant d’exiger le rétablissement de « la LOI et l’ORDRE ! ».

Tout cela laisse à penser que l’extrême-droite est loin d’être morte aux Etats-Unis, comme par ailleurs dans le reste du monde.