Bruxelles : des policiers arrêtent François pour “vol de vélo”, mais c’était le sien ! (Témoignage)

Les faits ont eu lieu ce 20 septembre, journée sans voiture à Bruxelles, Belgique. Alors qu’il attachait son vélo, juste à côté de chez lui, l’improbable s’est produit et il ne s’y attendait pas le moins du monde. Des policiers l’ont arrêté manu militari, l’ont plaqué au sol sans rien lui demander au préalable et l’ont fait rentrer de force dans une voiture de police. Ils “pensaient” qu’il était en train de voler un vélo… le sien !

François, victime de violence policière donc, a immédiatement raconté les faits sur son mur Facebook : “Non, mais qu’est-ce qui déconne avec la police ???? Je rentre chez moi tranquillement à vélo, et là, je me retrouve a terre, menotté puis trainé dans une voiture de police. Mon vélo a été saisi et j’ai été accusé du vol de mon propre vélo…”

Vélo confisqué pendant deux semaines pour erreur policière… qualifiée de raciste

François n’a pas mâché ses mots. Il a déclaré : “Franchement en putain de colère”. Toujours à propos de ce qui lui est arrivé, il a écrit : “C’est du grand délire ! [C’est] n’importe quoi !

Pour lui, la récurrence des vols de vélos à Bruxelles ne peut pas excuser le comportement des policiers qui l’ont malmené : “Si face à la recrudescence de vols de vélos, ils se mettent à arrêter tous les gens d’origine étrangère qui roulent sur un vélo”. François évoque donc comme raison de son interpellation le racisme. Il faut dire que la police est régulièrement montrée du doigt pour ses comportements à caractère raciste. Dernier en date : l’affaire Chovanec et le salut nazi, à l’aéroport de Charleroi.

François termine : “En fait, ce qui m'[ennuie] c’est qu’en plus d’avoir vécu une agression et une humiliation de la police, il va me falloir facilement deux semaine pour récupérer mon vélo”.

Il a reçu un large soutien sur son mur Facebook et beaucoup lui ont conseillé de déposer plainte au comité P, la police des polices.