Mort de Chovanec et salut nazi d’une agent : “le rapport ne dit pas tout” (VIDEO)

Le rapport de l’intervention policière passe de nombreux faits sous silence, c’est ce que pense An Van de Steen, l’avocate de la femme de la victime tuée suite à une intervention de la police lors d’une intervention violente et démesurée à l’aéroport de Charleroi. En 2018, les agents de police s’étaient posés sur Jozef Chovanec pendant 18 minutes et l’avaient étouffé jusqu’à ce que mort s’en suive, “façon George Floyd“, comme on dit aujourd’hui. L’avocate s’est exprimée sur RTL.

Le journal De Morgen est formel et l’a écrit dans un article : le rapport d’intervention policière de l’interpellation de Jozef Chovanec passe de nombreux éléments cruciaux sous silence. Le média a en effet pu se procurer le document pour le constater par lui-même. La vidéo ci-dessous (en cliquant sur l’image) est formelle : il y a eu violence policière de la part de la police à l’aéroport de Charleroi. Cela a entrainé le décès de Jozef Chovanec.

L’avocate de la femme de Chovanec, An Van de Steen, s’est exprimée au micro de RTL pour revenir sur les faits et surtout pour dénoncer les manquements de l’enquête de la police dans cette affaire.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo – Reporte RTL Info (Capture d’écran) D.

Selon le quotidien flamand, l’intervention policière est seulement décrite dans les grandes lignes. “Lorsqu’on compare le rapport aux images diffusées il y a deux semaines, on constate qu’il n’aborde que brièvement la conduite des agents”, souligne De Morgen.

Aucune mention du salut nazi de la policière

Les images vidéo sont pourtant acablantes, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. ODP news avait retracé les faits de cette arrestation, lorsque les images d’un salut nazi d’une policière avaient été dévoilées au grand public, provoquant une indignation sur internet et une méfiance croissante envers les forces de l’ordre et leurs méthodes. Amnesty avait demandé la clarté et la justice sur cette affaire.

Dans le rapport, “Il n’est écrit nulle part que le visage de Chovanec était enfoui dans une couverture, ni que des agents se sont assis sur son dos pendant plusieurs minutes, de sorte qu’il ne pouvait plus respirer. Le rapport fait également l’impasse sur le salut hitlérien”, dit De Morgen. De plus, De Morgen note une différence entre le récit de l’intervention dans l’avion et sur le tarmac, décrit avec force détails, tandis que la suite ne fait l’objet que de onze lignes. Ce qui est étrange à tout le moins.

D’après le journal De Morgen, le rapport des auditions menées par le Comité était bien plus fourni encore. Cette affaire de violence policière filmée et de salut nazi, qui pose la question des tendances d’extrême-droite d’une partie des policiers belges, n’est pas encore terminée, loin s’en faut.