Suisse : elle a dû fermer sa boutique parce qu’elle n’obligeait pas le port du masque pour ses clients (VIDEO)

Une commerçante de Genève (en Suisse) a posté une vidéo sur le réseau social Facebook dans laquelle elle explique ce qui lui est arrivé. Il y a quelques temps, elle avait collée une affiche sur la devanture de son magasin disant qu’elle refusait d’obliger les clients à porter le masque à l’intérieur de son établissement commercial. Elle a annoncé dans cette vidéo la réouverture de sa boutique et raconté toute l’histoire, de son point de vue bien entendu.

Cette commerçante de Genève, en Suisse, a été forcée de fermer sa boutique par la médecine cantonale. Tout a commencé avec une affiche mise sur la vitrine de son magasin (la “Maison Via Roma”) qui disait, dit-elle dans la vidéo ci-dessous, que “comme il n’y a pas de consensus scientifique sur la question concernant le port du masque, et qu’elle n’obligerait donc personne à en porter“.

Comme dans plusieurs endroits en Europe et dans le monde, le masque est obligatoire dans les commerces en Suisse. Chaque commerçant peut être soumis à une amende en cas de non respect… et même de fermeture, comme ça a été le cas pour cette commerçante genevoise. La commerçante cite une phrase d’un journaliste disant que “le port du masque dans les magasins sert à nous rappeler que le virus est toujours présent, bien que les magasins ne soient pas les lieux les plus dangereux“. Ainsi, la commerçante se pose la question de savoir s’il s’agit ici d’une crise sanitaire ou d’une crise politique. Elle déclare : “Il n’y a plus de décès depuis 7 semaines” (dit-elle). Elle ajoute qu’elle refuse la censure et qu’elle dit qu’elle “ne sent pas au-dessus des lois, contrairement aux autorités qui se permettent de fermer une boutique”.

Elle déclare qu’elle n’imposera pas le port du masque dans sa boutique qui vient d’être réouverte. Elle invoque la liberté d’expression.

Réouverture de la boutique.

Publiée par Ema Krusi sur Mardi 4 août 2020

Des personnes à Bruxelles ont hier manifesté également leur inquiétude vis-à-vis des dérives libeticides que les politiques “mettent en place” sur fond de lutte contre le covid et de crise sanitaire. Ils étaient plus de 500 personnes à venir les dénoncer devant la tour des Finances de la capitale belge ce dimanche 16 août. ODP a couvert l’événement (vidéo ci-dessous).

🔴 Live Bruxelles : Rassemblement des citoyennes et citoyens qui manifestent leur mécontentement vis-à-vis des mesures sanitaires du Covid-19 Soutenez-nous sur Tipeee : https://fr.tipeee.com/odpnewsAbonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/c/ODPnews/?sub_confirmation=1ODP news : https://odpnews.comTwitter : https://twitter.com/ODPnewsInstagram : https://www.instagram.com/ODP_news© EODP 2020

Publiée par ODP news sur Dimanche 16 août 2020

Quid sur l’efficacité du port du masque ?

Les avis divergent sur l’efficacité du port du masque en effet. Toutefois, la majorité des chercheurs semble en faveur du port de ce dernier. On peut lire sur le site de l’INRS (Institut National de Recherche Scientifique) en France : “Un masque FFP est un appareil de protection respiratoire (norme NF EN 149). Il est destiné à protéger celui qui le porte contre l’inhalation à la fois de gouttelettes et de particules en suspension dans l’air. Le port de ce type de masque est plus contraignant (inconfort thermique, résistance respiratoire) que celui d’un masque chirurgical. Il existe trois catégories de masques FFP, selon leur efficacité (estimée en fonction de l’efficacité du filtre et de la fuite au visage).

L’INRS explique qu’on distingue trois types de masques :

  • Les masques FFP1 filtrant au moins 80 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm (fuite totale vers l’intérieur < 22 %).
  • Les masques FFP2 filtrant au moins 94 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm (fuite totale vers l’intérieur< 8 %).
  • Les masques FFP3 filtrant au moins 99 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm (fuite totale vers l’intérieur < 2 %)

Alors, certes l’efficacité du port du masque n’est pas totale mais elle est non négligeable, du moins pour protéger les autres d’une éventuelle contamination.