Blankenberge : sur internet, il qualifie les jeunes de la plage de “racailles” et d'”animaux” (VIDEO)

Ces propos ont tenu hier par un internaute. Il semblerait qu’il ait supprimé la vidéo après l’avoir posté sur les réseaux sociaux. L’homme tient manifestement des propos à caractère raciste et xénophobes à l’encontre des “jeunes de Blankenberge”. Il parlait des événements de la semaine dernière à la côte belge qui avait suscité une vague de racisme sur internet mais aussi une dénonciation du comportement de certains policiers, comme nous l’avions écrit dans un article. Il a supprimé sa vidéo mais une personne (racisée) l’a récupérée et l’a repostée pour ne pas que ces propos passent inaperçus et qu’elles mettent en lumière le racisme qui est présent dans la société aujourd’hui.

Même le ministre d’Etat André Flahaut s’était senti choqué par les agissements de la police de Blankenberge, à la côte belge, le 8 août dernier et des dérives politiques qui avaient suivi, notamment l’interdiction d’aller à la plage, désirée par le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem et les contrôles “au profil” par la police à la sortie des trains pour “renvoyer les jeunes éventuellement perturbateurs, les amoks, chez eux”. Des internautes semblent penser que la décision de De Crem est bonne… et vont même plus loin. Ils font appel à la violence, comme cet internaute qui a posté une vidéo (voir ci-dessous). Et il se laisse à tenir des propos racistes. Ce qui pose au passage question des positions politiques des partis tels que celui du ministre de l’Intérieur (CD&V), sans parler des plus extrêmes comme la NV-A.

Tkt supprimes la video seulement moi je l ai encore et je lâcherai rien !!!!!

Publiée par Saad Manio sur Vendredi 14 août 2020

L’homme déclare qu’il fait cette vidéo à l’attention “de toutes les racailles qui étaient sur la plage à Blankenberge“. Ensuite, il déclare que “cela ne se passera pas comme ça” et que les jeunes en question auraient cherché à provoquer les événements par tel ou tel moyen, “peut-être avoir jeté une peau de banane” ou autre. Il a déclaré que ces jeunes étaient des “animaux“. Il s’en est pris sur plusieurs points notamment leur style vestimentaire : “Ils vont chez Ali Babi les bonnes affaires”. Cette phrase à elle seule démontre l’intention raciste de l’homme qui prend la parole dans la vidéo. Il ne parle pas des forces de l’ordre et de leur comportement allant parfois jusqu’à des violences policières, bien évidemment.

Réfuter les thèses à caractère raciste, rétablir les faits

ODP news tient à mettre le holà face aux propos à caractère raciste de certains internautes comme celui-ci.

Pour rappel, voici notre reportage des événements qui ont eu lieu ce 8 août à Blankenberge et où l’on peut constater que la police n’a pas eu la même “tolérance” avec telle ou telle personne. Les images montrent à deux reprises que la sévérité fut plus grande envers les personnes “issues de l’immigration” que celles qui ne le sont pas, à première vue, autrement dit, les “blancs”. Et ce, contrairement à ce que déclare l’homme dans sa vidéo (ci-dessus).

Lorsqu’on regarde à 0:03 (troisième seconde de la vidéo), on voit qu’un homme pousse un autre (noir) devant la police sans qu’il n’ait de problème. Aussi, de 3min04 à 3min24, on voit, à la sortie d’un magasin, sur la digue, une bagarre entre une personne blanche et une noire. Les policiers ont tenté de calmer le blanc et s’en sont pris à la personne noire, allant jusqu’à l’étrangler et la pousser par terre avec violence.

Sur internet, les commentaires en retour ne se sont pas fait attendre. Il semblerait que la vidéo originale ait été supprimée mais un internaute l’avait déjà sauvegardée et la repostée ce 14 août. Il a écrit : “Supprime la vidéo seulement, moi je l’ai encore“. Des commentateurs ont écrit : “Comment on peut vivre avec tant de haine…avoir une femme enfant et compagnie et être comme ça. Deguelasse..[à] vomir” ou encore : “Ce genre de personnes dégoûte tellement“.

Un internaute a écrit, non sans moquerie à l’égard de l’homme dans la vidéo : “Je suis un peu déçu qu’il finisse pas la vidéo par « bisous »”. Toujours est-il que la question du racisme que cet événement a suscité est à prendre très au sérieux et que le racisme est un délit, non une opinion. Et qu’il fait des victimes, parfois des morts.