Football : la présence de Didier Reynders ne contrevenait pas les règles Covid, dit le club liégeois

Une photo de Didier Reynders circule depuis quelques jours sur internet, via les réseaux sociaux. On y voyait le commissaire européen à la justice dans les gradins d’un stade, pour un match du standard. L’indignation s’était emparée d’une partie de la toile, notamment des supporters de foot qui, eux, n’étaient pas autorisés à se rendre à des matchs, en raison des règles sanitaires “covid” en vigueur. En effet, le match était à huis clos. Mais en réalité, Didier Reynders, était présent en tant qu’actionnaire du club liégeois.

Alors qu’avait lieu le premier match du club Standard de Liège “façon Covid” dans le traditionnel stade de Sclessin, le stade était vide de supporters, normes sanitaires oblige. Vide ? Pas tout à fait ! Les personnes liées au club étaient autorisées à venir voir la rencontre contre le club de Bruges (dans le cadre de la Pro League). La toile s’était montrée indignée par la présence de Didier Reynders qui, en apparence, n’était lié au club en aucune façon. Or, il est actionnaire du club (voir photo ci-dessous).

Didier Reynders au match du Standard – Photos : Julien Dohet -Twitter

D’après une information révélée par la DH, “le protocole de la Pro League le stipule, chaque club a droit à avoir une délégation de 25 personnes présentes par match au stade. Didier Reynders, habitué des travées de Sclessin, en fait partie“. Le Standard a par ailleurs aussi tenu à préciser que “sur ces 25 personnes, seules 11 étaient présentes samedi soir“.

Pas de distanciation

Un second reproche avait été fait par certains internautes et téléspectateurs aux membres de la direction du club liégeois : le non-respect la distanciation sociale dans le stade.

En effet, durant la rencontre, un plan a été proposé aux téléspectateurs dans lequel on a l’impression que les membres de la direction sont collés les uns aux autres.

Or, l’angle de la photo était trompeur. François Fornieri, Bruno Venanzi, Alexandre Grosjean et Pierre Locht étaient tous séparés de deux sièges. La DH précise en outre qu’ils ont, ce jour-là, “pris place sur un siège sur lequel figurait un sticker vert (à noter qu’il en allait de même en tribune de presse). Une fois en mouvement, tout ce petit monde portait évidemment son masque comme le veut le protocole“.

Par contre, pas de masque… le club n’a pas abordé ce point problématique

Toutefois, aucun d’eux ne portait de masque alors que la population est selon les endroits obligées de le porter, et en tous les cas invitées autant que possible de l’arborer. Le stade étant un lieu public par excellence… qu’on soit dans un match à huis clos ou non.

La polémique créée semble avoir été exagérée, certes, mais pas tout à fait infondée, notamment pour la question du port du masque. Et cela la direction du club et du stade n’y a pas répondu, manifestement, d’après ce qu’en a rapporté la DH.

*La photo de couverture concerne un événement passé, elle sert d’illustration