Belgique : la slameuse Joy rappelle l’horreur du décès de Sanda Dia, forcé à boire à outrance par des étudiants

Voici les faits. Le 5 décembre 2018, Sanda Dia, étudiant de 20 ans, est décédé de plusieurs défaillances d’organes et d’une hypothermie. Les causes, d’après la pétition sur Change.org, seraient que les membres de la fraternité étudiante Reuzegom ont forcé Sanda ainsi que Christophe (20 ans) et Victor (19 ans), à boire une grande quantité d’alcool et de relever de nombreuses autres défis risqués. Un fait remis sur le devant de la scène de l’actualité par la slameuse Joy sur sa page Facebook.

Les faits de cette fin d’année 2018 sont pour Joy Slam et les lanceurs de la pétition sur Change.org d’une extrême gravité (celle-ci a d’ailleurs récolté plus de 15.000 signatures à ce jour, sur les 25.000 visées). En effet, Sanda Dia, étudiant de 20 ans à la KU Leuven (université de Louvain en région flamande en Belgique), a dû, avec deux autres étudiants (Victor et Christophe) “avaler un poisson rouge vivant et le faire resortir à l’aide de l’huile de poisson, ce qui n’a pas réussi avec Sanda“.

“Ils l’ont forcé à en boire plus. Sanda et les autres garçons étaient privé d’eau jusqu’à la fin du baptême étudiant et ont dû s’asseoir à moitié nus dans un puits rempli d’eau. Lorsqu’il était clair que Sanda n’allait pas bien, ils ont simplement continué avec le « baptême » et ont fait des vidéos et des photos qui montraient comment l’un des participants faisait ses besoins sur un autre. Ce n’est que lorsque Sanda était inconscient qu’il a été emmené à l’hôpital, où il est malheureusement décédé plus tard.“, peut-on lire sur le site Change.org

Et les lanceurs de la pétition sont scandalisés du sort peu sévère des étudiants responsables, selon eux, de la mort de Sanda Dia : “Malgré cet homicide (in)volontaire, les étudiants ont quand même eu la possibilité de poursuivre leurs études à KU Leuven et n’ont pas été suffisamment sanctionnés! Tous ce qu’ils avaient à faire pour continuer leurs études, était d’écrire un article !

Réaction de la slameuse belge Joy

Cette après-midi, je suis dans le train et je découvre en anglais, sur Instagram par hasard, le récit détaillé des tortures atroces qu’a subi SANDA DIA avant de mourir lors de ce qui ressemble à mes yeux plus à un film d’horreur qu’à un baptême estudiantin. J’ai envie de vomir“, écrit-elle sur sa page Facebook ce 5 août.

Choquée, elle décrit les faits avec des mots forts : “Il a été forcé d’ingérer d’énormes quantité d’alcool, de l’huile de poisson, un poisson vivant, il a du rester plusieurs heures dans une fosse avec de l’eau glacée (les faits se sont passés un 7 décembre), on lui a uriné et déféqué dessus, des photos et vidéos de lui inconscient ont circulé dans un groupe Whatsapp…

Elle ajoute aussi la dimension raciste à ces faits tragiques : “Comment ne pas voir que ces jeunes sont tous blancs, et que SANDA avait la peau foncée?
Comment ne pas voir que la totale impunité judiciaire et médiatique dont ses bourreaux ont bénéficié jusqu’ici n’aurait pas été la même si… 18 jeunes de quartier à la peau foncée avaient torturé jusqu’à ce que mort s’en suive un jeune belge à la peau blanche dans une sorte de rituel satanique
“.

L’artiste a déclaré ne pouvoir se détacher de cette histoire arrivée à l’étudiant : “Ce nom tourne dans ma tête depuis cette après-midi. Il est une heure du matin, je ne peux pas dormir. Je ne peux pas dormir parce que je ne comprends pas. Pourquoi est-ce que je découvre les détails de l’affaire seulement maintenant ?

Elle s’est aussi désolée du manque de visibilité de l’affaire au niveau médiatique et de la façon inapropriée dont a été traité ce dossier par la justice : “Ce pays doit affronter sa part de barbarie, d’impunité, de corruption. Pas de JUSTICE, pas de PAIX“.