Bruxelles : un bâtiment abandonné, pouvant loger 20 familles, a été muré par le bourgmestre d’Evere

Un immeuble vient de voir son entrée et ses fenêtres du rez-de-chaussée murées par des blocs de béton, ce lundi 3 août. C’est ce qu’on a pu voir suite à un post sur Facebook du mouvement militant La Nouvelle Voie Anticoloniale.

Ce mouvement a écrit : “Après la mise en échec programmée d’une occupation censée convertir ce bâtiment abandonnée par les pouvoirs publics en espace d’habitation pour une vingtaine de familles, voici ce à quoi la puissance répressive de notre cher Bourgmestre Chihad Ridouane (PS) a pensé pour combler les trous de l’indignation.

Et il s’est désolé qu’Evere se déclare commune hospitalière et bloque des familles qui cherchent un logement. Cela en dit long, pour eux. Ils demandent que la commune respecte ses engagements en la matière et disent qu’ils sont “pour un droit au logement généralisé”.

Ridouane Chahid (PS), le bourgmestre d’Evere explique à Belga que le bâtiment appartient à la coopérative des logements sociaux Comensia, “Le propriétaire du bâtiment nous a clairement demandé de ne pas laisser cette occupation se faire car il est prévu que le lieu soit désamianté et détruit pour réaliser une nouvelle construction de logements à attribuer à des allocataires sociaux. La société a dû faire une pause pendant le Covid-19, mais les travaux de désamiantage doivent reprendre”.

Il ajoute que la Voix des Sans Papiers avait déjà formulé une demande à la commune et qu’elle leur avait répondu ne pas avoir de bâtiments communaux pouvant être mis à leur disposition.

Abou, un porte-parole de la VSP défend que l’amiante ne rend pas le lieu inhabitable car “des locataires ont quitté le bâtiment il y a seulement six mois. Il pourrait être occupé tant qu’il n’est pas démoli. Si la police et le bourgmestre nous laissaient dedans, ça nous permettrait de discuter avec le propriétaire. Ces femmes et enfants sont dans l’urgence. Ils ne savent pas où aller. Ils n’ont plus rien”.

Photo de La Nouvelle Voie Anticoloniale.
Photos : Milady Renoir (facebook)

Pendant que des familles avec enfants sans papiers cherchent à se loger dans des bâtiments vides, le bourgmestre d’Evere et sa police semblent ne pas porter aide et soutien à des personnes vulnérables qui ont trouvé refuge dans en Belgique. Alors que, par ailleurs, Evere s’est engagée à être une commune hospitalière, et qu’en plus, la Belgique, membre de l’ONU, doit respecter un certain nombre de droits humains fondamentaux.