Les personnes qui ont protesté contre BHL en Libye sont, dit-il, des antisémites

Il y a peu, ODP news, à l’instar d’autres médias, avait traité l’incident concernant le convoi de Bernard-Henri Levy (BHL) en Libye. Il avait été injurié lors de son convoi, à peine arrivé sur le sol libyen… Des coups de feu avaient même été tiré. Cela a été tel qu’il a du repartir le lendemain matin, aux premières heures, comme nous l’avons rapporté alors. De retour en France, il a évoqué cet épisode dans un tweet dans lequel il déclare que les gens qui ont protesté à son passage sont des antisémites.

Il y a quelques années, BHL a été actif dans la chute du régime de Kadhafi, chose qu’il s’honore encore aujourd’hui. Tout le monde ne semble pas apprécier les actes passés de ce dernier, en Libye, où il se rendait il y a quelques jours afin de rencontrer des autorités politiques. Cela ne s’est pas passé comme prévu, il a du repartir très vite. L’origine de cela ? Une protestation au cours de son convoi. Il a été injurié et des tirs ont été entendu. BHL est revenu sur les faits dans un tweet.

Une horde d’antisémites

“Mon reportage sur la #Libye paraît ce jeudi dans Match. Pas le choix devant pareille marée de saloperie. On y lira: 1 ma fierté d’être revenu à #Misrata; 2 ma honte pour la horde d’antisémites qui ont tiré sur mon convoi; 3 comment j’ai fait, jusqu’au bout, mon travail d’écrivain”, dit-il sur le réseau social.

Par ailleurs, il a déclaré que le reportage qu’il avait effectué lors de son court voyage en Libye sera publié le 30 juillet dans Paris Match. Aujourd’hui donc.

Des insultes telles que «chien juif» auraient été entendues lors du passage du convoi. Au-delà des injures sur les origines de ce derniers qui ne peuvent être acceptée, cet incident montre que BHL semble être persona non grata, au moins pour une partie de la population libyenne à cause du rôle qu’il a joué en 2011 en faveur d’une coalition internationale contre Mouammar Kadhafi. Et ce malgré qu’il déclare venir en tant que journaliste.

Sur les réseaux sociaux, l’homme a reçu très peu de soutien. Certains ont déclaré qu’il use beaucoup trop de cet “anathème qu’est l’antisémitisme” pour discréditer ses opposants.

“L’antisémitisme au coeur des Gilets Jaunes”… pas l’ISF et le RIC ? Non, pas pour BHL

BHL avait déclaré aussi que les Gilets Jaunes étaient profondément antisémites : « On ne peut malheureusement pas dire que l’antisémitisme est aux marges du mouvement », « c’est le cœur du mouvement », sur la radio française Europe 1. Cela en a surpris plus d’un lorsqu’on voyait les revendications des Gilets jaunes et ce qui était “au coeur du mouvement”, à savoir – pour la majorité d’entre eux, au vu des manifestations qui ont eu lieu en 2018 et 2019 – l’accès à l’emploi, au logement et l’augmentation du pouvoir d’emploi dans une France gouvernée par un président trop clément (à tout le moins) à donner des avantages aux grandes entreprises et aux personnes riches.

En effet, les Gilets Jaunes demandaient surtout le rétablissement de l’impôt sur la fortune (ISF) et plus de démocratie, via le RIC (Référendum d’initiative populaire). Ce qu’ils n’ont pas obtenu. On est bien loin d’un mouvement dont le coeur est l’antisémitisme, hormis des incidents (qu’il faut prendre au sérieux, certes) mais qui sont isolés.