Une militante polonaise inculpée pour avoir publié la Vierge Marie aux couleurs du drapeau LGBTQIA+

Elle risque jusqu’à deux ans de prisons pour posséder des affiches aux couleurs du drapeau LGBTQIA+

Elzbieta Podlesna est une militante polonaise, antifasciste, défenseuse de l’égalité et psychothérapeute de profession. Elle proteste sans relâche contre les réformes liberticides qui ne cessent de se succéder en Pologne, et notamment contre l’interdiction d’avorter.

Elzbieta a été arrêtée par les forces de l’ordre ayant perquisitionné son domicile. Cela s’est passé à son retour d’une tournée de sensibilisation aux Pays-Bas et en Belgique avec Amnesty International, début mai 2019.
Elle fut inculpée “d’offense à une croyances religieuses” en raison d’affiches représentant la Vierge trouvées chez elle, avec une auréole aux couleurs du drapeau LGBTQIA+. La militante polonaise risque jusqu’à deux ans de prison si elle est reconnue coupable.

Amnesty International : “Le fait de détenir, créer ou distribuer des affiches comme celle-ci ne devrait pas constituer une infraction”.

La liberté d’expression, attaquée par les autorités polonaises

En octobre 2019, d’autres militantes ont été acquittées, après avoir été poursuivies pour “perturbation d’une manifestation officielle”, pour avoir arboré une banderole avec le slogan “Stop Fascisme”.

Elzbieta avait été agressée par des manifestants lors d’une marche nationaliste, avant cet incident du 6 mai. Elle et 13 autres militantes protestaient contre les slogans fascistes de cette manifestation, et certaines d’entre-elles ont été condamnées pour “obstruction à rassemblement licite”. Elles exprimaient pourtant leur opinion librement, et n’ont pas été protégées.

Cela prouve l’oppression appliquée par les autorités, sur tous ces défenseurs de droits humains. L’arrestation d’Elzbieta Podlesna n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de ce harcèlement.

Amnesty International a lancé une pétition, avec la mention : “Elzbieta a été arrêtée en raison de ses activités militantes pacifiques. Signez notre pétition pour demander l’abandon des charges contre Elzbieta”. Aujourd’hui, cette pétition compte plus de 18 643 signatures sur 200 000.