France : projet des Center Parcs à Roybon annulé, les opposants crient victoire

Jeudi 8 juillet en soirée, le groupe Pierre et Vacances a déclaré dans un communiqué de presse qu’il abandonnait le projet de Center Parcs à Roybon, dans l’Isère, en France. Le coût des procédures judiciaires – et ses longueurs – a poussé l’entreprise à ne plus poursuivre le projet.

Cette info a été révélee par France Bleu, qui a fait savoir que“le projet de Center Parcs à Roybon (Isère) ne se fera pas. (…) Le projet est bloqué par de multiples recours et d’interminables procédures judiciaires depuis son lancement en 2007, et dont le terrain est occupé depuis par des zadistes. Les recours déposés par les opposants au projet -principalement des associations de défense de la nature et de protection du milieu aquatique- se sont succédé depuis 2010, dans une alternance de revers et de victoires pour Center Parcs”.

Les zadistes qui occupaient les lieux ont gagné

Gérard Brémond, président de Pierre et Vacances a déclar à l’AFP : “On était dans une impasse, c’était devenu inextricable“.

Pour les opposants,l’abandon du projet de Center Parcs à Roybon est une victoire. Pour il s’agit d’une forêt de sauvée “en partie grâce aussi à l’occupation du terrain depuis 2014“, disent-ils, en ajoutant : “Preuve, une fois encore, de l’utilité de la ZAD pour freiner des promoteurs dans leur monde, quand la justice met du temps à réagir“.

Photo de Bruno Dalpra.
Des militants de la ZAD contre la construction du Center Parc à Roybon (France) – D.

La multiplication des recours et des défaites juridiques pour Pierre et Vacances a eu raison de leur projet est probable que la crise du coronavirus y a aussi été pour quelque chose dans les choix stratégiques de l’entreprise, qui a subi des coûts, comme nombre d’entreprises.

Les activistes déclarent : “Nous pouvons nous réjouir par solidarité pour les opposants sur place, sans non plus oublier que le groupe Pierre et Vacances à d’autres projets ailleurs en cours. Nous pouvons nous réjouir par solidarité pour les opposants sur place…”. Pour eux, c’est une preuve que la détermination paye… ainsi que les actions collectives, même contre les projets immobiliers ou industriels d’ampleur.

Un activiste qui a publié des photos de la ZAD, a écrit : “La détermination paie, oui c’est possible, mais c’est rendu possible aussi si la justice exerce son travail sans pression politique et qu’elle donne raison aux opposants, dans un bras de fer pas toujours simple. L’exemple récent du contournement de Beynac le montre avec l’entêtement du président du Département ou encore ici, en Alsace, avec le contournement Ouest de Strasbourg (GCO), cadeau offert à Vinci par l’État en compensation de l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.”

Mais pour lui, ce n’est qu’un début : “Face à l’urgence climatique, sociale et sanitaire, il y a malheureusement encore du travail“. 

Photo de Bruno Dalpra.
La ZAD de Roybon – D.