Belgique : une mère a tué deux de ses enfants qui avaient 1 an et 7 ans puis tenté de se suicider

Un grave fait divers a eu lieu ce 30 juin dans le petit village d’Erquelinnes, plus précisément à Hantes-Whieries. C’est dans une des maison de la rue du jeu de balle. Derrière ces murs, une mère a commis deux infanticides, sur ces enfants, Orphée et Cérès, qui n’étaient âgés que de 7 ans et 22 mois pour le plus jeune. Le troisième enfant, Thibald (8 ans), lui, a survécu. “Il est dans un état grave, mais il s’est à présent stabilisé“, a déclaré le bourgmestre de la commune David Lavaux, à l’antenne de Bel RTL ce mercredi 1er juillet au matin. La mère, pour sa part, reste entre la vie et la mort.

Le bourgmestre a du annoncer l’évidence du drame : “Il y a effectivement eu un infanticide, un bébé de 22 mois et une petite fille de 7 ans sont décédés”, hier soir également, au RTL Info 19h.

De ce fait, une enquête a été ouverte et est en cours. Il s’agira de déterminer les circonstances exactes qui ont poussé cette mère a commettre un tel geste et d’évaluer sa responsabilité. Le parquet de Charleroi doit également se rendre sur place.

Le père a découvert les corps en rentrant du travail

“Le père est rentré chez lui et a trouvé les enfants et leur mère dans cet état. C’est lui qui a appelé les secours”, a précisé le bourgmestre, qui déclarait, à environ 18h15 ce 30 juin que les secours essayaient toujours de sauver la vie du troisième enfant et de la mère.

Selon toute vraisemblance, sa femme Julie, une enseignante, venait de tuer deux de ses enfants et elle avait tenté de faire de même avec le troisième. Les deux plus petits, Orphée et Cérès, âgées respectivement de 22 mois et de sept printemps, n’ont donc malheureusement pas survécu. Le troisième, Thibald âgé de neuf ans, se trouve dans un état grave.

La mère : une institutrice qui n’allait pas bien

Selon le bourgmestre, la mère de famille est une institutrice. Elle ne travaillait plus et a mal supporté le confinement. Elle au du faire face à une épreuve pas facile : mettre un terme à une grossesse. La mère était connue dans le village : “Elle ne sortait plus et ses enfants n’étaient pas retournés à l’école. Mais rien ne laissait présager ça. Elle était fusionnelle avec ses enfants, en particulier avec le dernier.” Dans le quartier, l’émotion est vive. “Elle n’allait pas bien mais elle aimait tellement ses enfants. Je n’arrive pas à y croire, j’en ai les jambes coupées”, a expliqué une voisine de la famille.