Le Collectif Citoyen 1060 interpelle les élus sur les violences policières et sexistes

Ce jeudi 25 juin, deux interpellations ont eu lieu à la commune de Saint-Gilles. La première interpellation, faite par le Collectif Citoyen 1060 concernait les violences policières. Les organisateurs avaient appelé à une présence citoyenne sur la place Maurice Van Meenen, en face de la maison communale et une bonne centaine de citoyens étaient donc sur les lieux, en soutien. 

Le collectif témoigne du comportement de la police envers les mineurs, les femmes, les SDF et tout citoyen de Saint-Gilles. Il faisait aussi référence à des événements datant du 5 mai dernier, place Bethléem qui avaient abouti à des altercations entre les habitants et la police.

🔴 live : Bruxelles : Rassemblement du collectif citoyen 1060 contre les violences policières avant l’interpellation du conseil communal qui se tient en ce moment.L’appel de l’évènement :‼️Jeudi 25 Juin, nous, citoyennes et citoyens de Saint-Gilles appellons à soutenir l’interpellation communale du Collectif Citoyen 1060 pour adresser le comportement de la police envers les mineurs, les femmes, les SDF’s et tout citoyen de Saint-Gilles. Nous appelons à une présence citoyenne au conseil communal. ❌Les événements du 5 mai dernier sur la place Bethlehem qui ont abouti à des altercations entre des habitants et la police, sont loin d’être une exception: nous nous souvenons de Semira Adamu qui fût étouffée, à l’aide d’un coussin, par deux policiers. Nous nous souvenons de la petite Mawda, nous nous souvenons de Mehdi et Adil, deux jeunes de 17 et 19 ans qui sont décédés pour l’unique ‘crime’ de ne pas être nés avec la bonne couleur de peau. Tous avainet une famille, des amis. Aujourd’hui en deuil. Nos pensées les accompagnent dans l’épreuve face à cette perte humaine. La manière dont les victimes ont été traitées montre un dysfonctionnement structurel qu’il est nécessaire de dénoncer et de résoudre.❌Une politique de proximité et de soutien est difficilement conciliable avec le maintien de l’ordre public par des méthodes irrespectueuses, arbitraires et disproportionnées. Nous vivons dans un Etat de droit. Les citoyens ont rempli leur devoir de veiller à la santé publique. Et pour cela ils méritent le respect. Les forces de l’ordre méritent elles aussi ce respect à condition que tous les citoyens soient traités de la même manière. 🤔Le mort de George Floyd aux Etats-Unis à provoqué des protestations partout dans le monde contre les violences policières, à Bruxelles 10.000 manifestants. C’est seulement une petite partie de l’énorme ressentiment accumulé pendant le confinement qui est devenu visible. Nous, citoyens, joignons nos voix pour exprimer notre inquiétude face aux abus sécuritaires que la crise sanitaire ne justifie pas sommes des mères et pères qui ont peur pour les enfants, nous sommes des jeunes qui en ont marre d’être discriminés, mutilés et tués dans l’impunité policière, nous sommes des citoyens inquiets et indignés. Ensemble, soutenons-les, unissons nos voix et affichons le message : Respect de toutes et tous, vérité et Justice pour Adil, Mehdi, Mawda et toute autre victime de violence policières et raciales ‼️Rendez-vous, (portant des masques, suivant les mesures sanitaires): jeudi 25/6, 19 h 30 devant la maison communale de Saint-Gilles, place Maurice Van Meenen 39, Saint-Gilles, pour collectivement dénoncer les propos irrespectueux, les comportements incorrects et en contravention des règles corona, les violences physiques et demander justice pour toutes les victimes des violences policières à Bruxelles et en Belgique.✊✊#JusticePourAdil#JusticePourMawda#JusticePourMehdi#JusticePourSemira

Publiée par ODP news sur Jeudi 25 juin 2020
ODP news était sur place.

Beaucoup de citoyens présents ont pointé la brutalité de l’Uneus, une brigade policière de proximité, propre à la commune de Saint-Gilles. Ils ont également montré leur soutien aux victimes de violences policières. 

Le porte-parole du “Collectif Citoyen 1060” ne s’est pas vraiment senti écouté par le bourgmestre socialiste, Charles Picqué. 

La seconde interpellation concernait les violences sexistes, et le refus de prendre les plaintes des personnes concernées. Plusieurs femmes ont répondu et les porte-parole semblaient positives pour la suite. 

Des personnes ont effectivement témoigné que la police ne prenait que très rarement les plaintes au sérieux et les traitaient même parfois avec mépris. Elles exigeaient une formation spécifique de la police à ce sujet, et que les femmes victimes de harcèlement, d’agression ou de quelconque violence sexiste soient écoutées. 

Interpellation à la maison communale de Saint-gilles (Bruxelles) contre le sexisme.

Publiée par ODP news sur Jeudi 25 juin 2020