Belgique : il lance une plantation de cannabis pour régler ses soucis d’argent

Le tribunal a décidé de lui faire subir une peine de travail autonome non rémunérée.

Jean-Baptiste, 38 ans, a été condamné à une peine de travail autonome de 200 heures ou, à défaut, de 18 mois d’emprisonnement de substitution devant la Cour d’appel de Liège. Son délit : il a mis sur pied une plantation de cannabis.

La justification à son comportement a été pour le moins surprenante. Il a expliqué avoir investi 3 000 euros pour du matériel pour mettre sur pied une plantation de cannabis parce qu’il projetait de résoudre ses difficultés financières par ce biais.

Les plants ont été trouvés par un huissier de justice, malheureusement pour lui. Un huissier était en fait venu chez Jean-Baptiste qui en raison de ses problèmes financiers… Lorsque l’huissier a bien été surpris de se retrouver nez à nez à 200 plants de cannabis dans le grenier.

L’électricité avait également été pontée pour alimenter les lampes servant à une plus efficace pousse les plantes.

Poursuivi en justice et condamné

Entendu, le suspect a admis les faits. Il a expliqué qu’il n’avait trouvé que cette solution pour rembourser ses dettes. Il a expliqué aux enquêteurs qu’il avait acquis le matériel nécessaire à la plantation environ un an avant qu’il ne soit découvert. Il avait investi 3 000 euros dans ce matériel.

Une médiation pénale avait été proposée à Jean-Baptiste, mais il n’y a pas donné suite. Il a ainsi été poursuivi et condamné à 18 mois de prison et à une amende de 8 000 euros en février 2019 par le tribunal correctionnel. Jean-Baptiste a fait appel et cette peine a été remplacée par une peine de travail autonome. Il devra effectuer au profit de la collectivité. La Cour a relevé la gravité des faits et la longueur de la période, mais aussi, à sa décharge, l’absence d’antécédents judiciaires (à l’exception pour des entraves au code de la route de moindre gravité).