Belgique : le Conseil national de sécurité craint une 2ème vague du Covid-19

Une fois n’est pas coutume, le Conseil national de sécurité s’est réuni, ce mercredi 15 juillet à ce Conseil national de sécurité, Sophie Wilmès a tenu une conférence de presse lors de laquelle elle a détaillé les outils pour faire face à une deuxième vague  : stock de 240 millions de masque, testing, et plan d’urgence dans les hôpitaux affiné. Rudy Vervoort était également présent, entre autres responsables politiques, pour représenter la région bruxelloise.

La Première ministre n’y a pas été de main morte sur l’état de la situation, dès le départ. Elle a en effet déclaré que la Belgique se préparait à une nouvelle vague potentielle : « En l’espace de quelques mois, nous avons acquis une expertise impressionnante en matière de règles sanitaires et ce, en travaillant avec le monde médical et scientifique. Nous avons nos forces et nous avons découvert nos faiblesses. Nous essayons d’améliorer nos faiblesses ».

Masques et tests dès septembre

Sophie Wilmès est en début de discours évoqué la stratégie mise en place en ce qui concerne la “politique des tests”. Elle a dit : « Notre politique de testing nous vaut déjà d’être dans le top 10 mondial (le 8ème exactement) des pays qui ont testé le plus par million d’habitants, a-t-elle détaillé. Notre volonté est de maintenir notre capacité de testing entre 30.000 et 45.000 tests journaliers pour septembre et l’élargir encore pour le mois d’octobre. »

La Belgique d’ici fin août sera en possession de 200 millions de masques chirurgicaux, 33 millions de masques de type FFP2 et de 5 millions de masques en tissu, a déclaré la Première ministre.

Sophie Wilmès a enfin précisé que le plan d’urgence dans les hôpitaux a été affiné, plus ciblé. «  Les régions continuent également à parfaire leur stratégie d’intervention en cas de foyer épidémiologique, notamment via des unités mobiles prêtes à intervenir très rapidement. » Les dés sont jetés.