Belgique : RTL en difficulté financière demande un plan d’aide de l’Etat

L’audiovisuel francophone de Belgique a appris une nouvelle peu commode. Cette nouvelle passe assez mal pour certains. En effet, le gouvernement de la FWB (Fédération Wallonie-Bruxelles) prévoit d’adopter ce jeudi 2 juillet un nouveau décret de réforme de la réglementation sur les services médias audiovisuels (SMA) et à réduire les possibilités d’accès de la RTBF à la pub. C’est pile en même temps qu’on a appris que le média RTL aura droit à un plan d’aide de l’Etat et signer par la même occasion son « retour » en Belgique.

Rappelons que RTL Belgium considérait que ses chaînes télévisées sont éditées depuis le siège de sa maison-mère luxembourgeoise, et que le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles) n’avait aucune autorité à leur égard. Le CSA a toujours contesté la réalité de cette posture juridique.

Ce plan d’aide à RTL : une incompréhension pour la RTBF

Etant bientôt soumis à des restrictions de recettes publicitaires, la RTBF (service public) n’a pas lésiné à montrer sa colère à l’encontre du gouvernement de la FWB. Le servi accuse d’avoir cédé au chantage d’un groupe privé. L’inspection des Finances tacle le projet de décret. Certains crient au « hold-up politique ».

Les acteurs de l’audiovisuel francophone belge semblent subitement sous le feu d’un tir groupé d’annonces et de décisions déterminantes pour leur futur. Ces mesures, venues au cabinet de la ministre des Médias, Bénédicte Linard (qui vient d’ailleurs de célébrer la réouverture des cinémas et que nous avons interviewée), se retrouvera, en première lecture, s’est retrouvée ce jeudi 2 juillet sur la table du gouvernement de la FWB. Et les débats risquent d’être mouvementés !

Pourquoi ? parce que, du côté de la RTBF, l’annonce d’un plan d’aide pour RTL est difficile à avaler. « C’est la politique du deux poids, deux mesures » dénonce-t-on au boulevard Reyers où l’on se dit « abasourdis » par le régime de faveur dont bénéficierait RTL. Et cela léserait le média public.