Congo : le roi des belges regrette la cruauté de la colonisation

Pour la première fois, le roi des Belges exprime ses « profonds regrets » pour le passé colonial au Congo. Dans une lettre adressée mardi à Félix Tshisekedi, le président de la République démocratique du Congo, le roi Philippe a déclaré regretter « les blessures du passé », qui sont à présent bien connues de tous.

Ce n’était jamais arrivé de l’histoire. Pour la première fois dans l’histoire de la Belgique, un roi, en l’occurence Philippe 1er de Belgique, a présenté « ses plus profonds regrets pour les blessures » infligées lors de la période coloniale belge au Congo (l’actuelle République démocratique du Congo), mardi 30 juin à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance.

Il a écrit : « A l’époque de l’Etat indépendant du Congo [quand ce territoire africain était la propriété du roi Léopold II], des actes de violence et de cruauté ont été commis, qui pèsent encore sur notre mémoire collective. La période coloniale qui a suivi [celle du Congo belge, de 1908 à 1960] a également causé des souffrances et des humiliations. Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd’hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés. »

Le roi Philippe a répété qu’il désirait « combattre toutes les formes de racisme ». Et il a ajouté : « J’encourage la réflexion qui est entamée par notre Parlement afin que notre mémoire soit définitivement pacifiée ».

“Il faut faire un travail de vérité”

La première Ministre s’est inscrite dans une même démarche. « L’heure est venue pour la Belgique d’entamer un parcours de vérité » à propos de son passé colonial, a aussi affirmé ce mardi 30 juin, Sophie Wilmès la première ministre belge, à Bruxelles, en saluant le geste du roi Philippe. « Tout travail de vérité et de mémoire passe d’abord par [le fait de] reconnaître la souffrance de l’autre » a-t-elle déclaré.

Le contexte est particulier sur cette question en Europe et ailleurs. La mort de l’Afro-Américain George Floyd, tué à la fin de mai par un policier blanc à Minneapolis, a ravivé le débat sur les violences de la période coloniale au Congo et le rôle très controversé du défunt roi Léopold II, accusé par certains militants anticolonialistes d’avoir tué des millions de gens dans ce pays.

Une commémoration à la commune d’Ixelles avec la première Ministre

Par ailleurs, a aussi eu lieu aujourd’hui, ce 30 juin, une commémoration et l’installation d’une plaque de la commune d’Ixelles par le bourgmestre d’Ixelles, la première Ministre, le président de la Région de Bruxelles-Capitale mais surtout des représentants de la communauté congolaise d’Ixelles et de Bruxelles. ODP en a fait un article et était présent pour capter en images l’événement.

*En photo de couverture : le roi Philippe à gauche, Patrice Lumumba, figure de l’indépendance du Congo, à droite