Sarkozy s’indigne d’avoir été “espionné” (mis sur écoute) dans l’affaire Bettencourt

Le Parquet national financier (PNF) s’est donné pour mission une tâche assez fastidieuse. Le but : trouver la “taupe” qui avait prévenu Nicolas Sarkozy qu’il était sur écoute. Pour cela, le PNF a épluché les « fadettes » de plusieurs avocats proches de l’ancien président de l’ancien président de la république française.

Une affaire dans l’affaire… Bettencourt

Ces écoutes téléphoniques étaient faites pour découvrir s’il y avait bien eu corruption de la milliardaire, propriétaire de l’Oréal. En effet, ils avaient été placés sur écoute par le juge Serge Tournaire, chargée des investigations dans l’affaire Liliane Bettencourt.

Le fait d’avoir été alerté par la “taupe” (que le PNF cherche à identifier), Nicolas Sarkozy et d’autres s’en étaient pris avec indignation à la justice anticorruption.

La taupe serait soit un avocat, soit un magistrat

Le procureur est en convaincu, la taupe, celle qu’il recherche depuis des mois, “se pare de noir”. Que ce soit la couleur de la robe d’un avocat ou de celle, plus intrigant encore, d’un magistrat… Entre début 2014 et fin 2019, le Parquet national financier a organisé un montage judiciaire extrêmement complexe visant à trouver qui était à même d’informer Nicolas Sarkozy sur des procédures judiciaires en cours. La justice n’a pas lésiné sur les moyens. Sans soupçons avérés, les factures de téléphone détaillées (fadettes) des cabinets d’avocats Dupond-Moretti, Temime, notamment. Les recherches continuent. Affaire à suivre.