France : la 2ème manifestation pour Adama est un succès, disent les organisateurs (VIDÉO)

Les organisateurs du rassemblement, à commencer par le collectif “La Vérité pour Adama”, soutenu par d’autres associations luttant contre le racisme, les discriminations au faciès et les violences policières.

On peut lire sur la page Facebook “La Vérité pour Adama”, qu’il s’agit d’une démonstration de force.

“ON L’A FAIT, NOUS ETIONS 120 000 PERSONNES POUR LA VÉRITÉ ET LA JUSTICE.”, ont-ils écrit peu après la fin de la manifestation qui a eu lieu ce 13 juin après-midi à Paris.

Les organisateurs ajoutent des remerciements : “MERCI à tous, le peuple français vient de répondre par la rue qu’ils ne souhaitent pas rester spectateur quand des injustices sont commises dans les quartiers populaires. Le peuple ne veut pas se taire face aux violences policières. La lutte contre le racisme est imposée dans le débat public aujourd’hui en France. Nous avons déclaré: “L’égalité ou rien!”

DÉMONSTRATION DE FORCE!!! ON L'A FAIT, NOUS ETIONS 120 000 PERSONNES POUR LA VÉRITÉ ET LA JUSTICE. MERCI à tous, le peuple français vient de répondre par la rue qu'ils ne souhaitent pas rester spectateur quand des injustices sont commises dans les quartiers populaires. Le peuple ne veut pas se taire face aux violences policières. La lutte contre le racisme est imposée dans le débat public aujourd'hui en France. Nous avons déclaré: "L'égalité ou rien!"Comité Adama#GenerationAdama#JusticePourAdama

Publiée par La vérité pour Adama sur Samedi 13 juin 2020

Publiée par La vérité pour Adama sur Samedi 13 juin 2020

Publiée par La vérité pour Adama sur Samedi 13 juin 2020

Publiée par La vérité pour Adama sur Samedi 13 juin 2020

Cela fait quatre ans que la famille d’Adama Traoré demande des éclaircissement sur sa mort lors de son interpellation. Au fil du temps et des manifestations, le comité Adama est devenu le fer de lance de la lutte contre les violences policières.

Le comité est enfin très actif sur les réseaux sociaux, un moyen de faire “jeu égal” avec les médias, où il utilise désormais le hashtag #Generationadama. “Nous, nous sommes de la génération Zyed et Bouna, dont la mort en 2005 a été un tournant”, dit Youcef Brakni. “Le 2 juin, c’est la génération Adama qu’on a vue dans la rue”.