Les réclamations faites au Défenseur des droits ont augmenté de 40% en 5 ans (VIDÉO)

Il va bientôt quitter ses fonctions de Défenseur des droits. Mais, juste avant de partir, Jacques Toubon a présenté ce 8 juin son dernier rapport annuel.

Il l’a fait deux jours après les manifestations contre les pratiques discriminatoires et les violences policières. Ce rapport met la lumière sur les contrôles d’identité abusifs et dénonce l’impunité des forces de l’ordre, de la police à la gendarmerie.

Le nombre de réclamations faites auprès du Défenseur des droits a augmenté de 40 %, passant de 90 352 en 2014 à 103 066 en 2019. Parmi les réclamations, celles qui ont connu la plus forte augmentation sont celles faites par les forces de l’ordre. Elles ont triplé en cinq ans : 1 957 réclamations en 2019 contre 702 réclamations en 2014.

Jacques Toubon a, voyant ces chiffres déclaré : “Il faut arrêter ce dédain à l’égard des libertés et des droits fondamentaux”. “La philosophie du “ni vu ni connu” est une position contraire aux droits de l’Homme”, ajoute le Défenseur de droits.

Il se montre inquiet de la situation actuelle et aux garanties de l’Etat de Droit, parfois pas totalement respectées selon lui : “Nous avons le joug sur la nuque et nous tirons la charrue jour et nuit hardiment.”

Six ans après sa nomination en 2014, il veut achever et rendre public son travail mis en suspend par la crise sanitaire du Covid19 (dont il s’inquiète, notamment pour les jeunes du pays qui devront rentrer à l’école) et ses conséquences pour la population.