France : pour Castaner la police de France, “ce n’est pas les États-Unis” (VIDÉO)

Le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’est exprimé officiellement ce 8 juin au sujet des violences policières, du racisme qui circule parmi les forces de l’ordre (dans la foulée du groupe sur un réseau social où des policiers se donnaient à cœur joie de tenir des propos racistes et qui a été fermé). Il a également parlé de la situation aux USA, en comparaison avec celle de la France.

Castaner a ainsi déclaré : « Huit minutes quarante-six secondes. C’est la durée pendant laquelle George Floyd est resté, à terre, le genou d’un policier contre son cou. C’est la durée de l’agonie de la honte, de la haine », au commencement de sa conférence de presse organisée ce lundi 8 juin, au « sujet de la question du racisme et de la mise en cause des forces de l’ordre ». Toutefois, il s’est vite empressé de rajouter « la France, ce n’est pas les États-Unis », dans une volonté, semblait-il de relativiser ce qui se passe en France.

Tolérance zéro du racisme dans les forces de l’ordre

Christophe Castaner a déclaré qu’il ne laisserait plus passer les débordements racistes dans la police. “Je veux une tolérance zéro contre le racisme chez les forces de l’ordre”, a déclaré M. Castaner lors d’une conférence de presse. “Aucun raciste ne peut porter dignement l’uniforme de policier ou de gendarme (…) Aussi, j’ai demandé à ce qu’une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d’actes ou de propos racistes”, a-t-il ajouté.

“Nous ne ferons pas, au 21ème siècle la police de la confiance sans les citoyens” a déclaré ensuite le Ministre de Médiapart. Pour Mediapart, il s’agit d’un exercice de com’ visant à faire taire les critiques.

Des réactions mitigées

On a pu lire sous son post Twitter des commentaires de soutien aux forces de l’ordre disant qu’ils étaient dans leur droit. Des policiers ont réagi, notamment qui a dit qu’il ne sortirait plus sans une caméra du commissariat pour protéger sa patrouille et ses collègues.

Le cas d’Adama Traoré, mort des suites d’une arrestation policière a aussi été évoqué, au contraire des commentaires précédents pour signifier que la police peut mener des actions menant au décès de citoyens… comme ce fut le cas aux USA avec George Floyd, et que les dires de M. Castaner oublient les cas français.