Un policier évoque sa “vie privée” à des gens filmant une arrestation… et les menace (VIDEO)

Des témoins ont filmé la scène qui se déroulait devant eux au centre-ville de Bruxelles. Un premier policier, qui n’était pas en civil, lui demande sa carte d’identité (ce qui est tout à fait son droit). Le témoin s’exécute, “Bien sûr Monsieur, avec plaisir”. “Vous avez le droit de me contrôler, j’ai le droit de vous filmer”. Le policier ne contredit pas cette assertion. Rapidement, un deuxième homme sans brassard (policier), en civil, intervient. Il redemande les cartes d’identité des témoins qui filment… Ce qui ne semble pas tout à fait légitime, car il ne porte pas alors de brassard d’intervention de la police.

De plus, ce dernier s’oppose rapidement à la capture des images de leur intervention, et demande même que lui soit remis le téléphone du citoyen. La conversation s’est passé comme suit.
“La loi sur la vie privée, vous la connaissez ?”, dit le policier sans brassard. “Monsieur, on a le droit de filmer les policiers dans l’exercice de leur fonction”, réplique le citoyen. “Et vous allez faire quoi de ces images ?”, poursuit du tac au tac le policier. “Rien, les détenir à titre privé”, répond le passant. “Les détenir à titre privé… Et vous êtes journaliste ?”, demande alors le policier. “Je travaille à la RTBF”. “Il faut porter votre carte de presse alors”, s’exclame le policier (ce qui est par ailleurs faux). “Je n’ai pas de carte de presse, mais en tant que citoyen, j’ai le droit de filmer des policiers dans l’exercice de leurs fonctions, je connais la loi.”

Le ton devient agressif : “Parce que moi je ne les connais pas, c’est cela que vous insinuez ?” Une femme présente sur place, déplorant le ton agressif du policier, et le non-respect des mesures de distanciation, s’est exprimée, soutenant le journaliste. La vidéo finit sur un ” Un citoyen qui respecte sa police qui fait confiance à sa police, quand on est citoyen, on ne s’invente pas des lois ni un travail, ne vous inquiétez pas, le procès-verbal suivra”.

Brassard d’intervention de la Police Intégrée

Les fonctionnaires de police n’ont pas toujours, par exemple lors de certaines actions en tenue civile ou s’il y a des risques d’usage d’armes, l’occasion de montrer leur carte de légitimation. Le policier peut ainsi faire connaître sa fonction de fonctionnaire de police par le biais d’un brassard d’intervention à porter au-dessus de la tenue civile.
Comme pour la chasuble orange vif, le port du brassard d’intervention ne veut pas dire que le fonctionnaire de police n’a plus besoin de montrer sa carte de légitimation.

Numéro de brassard invisible

Sur chaque brassard d’intervention est “gravé” un numéro invisible. Et chaque fonctionnaire de police reçoit son brassard d’intervention personnel. Cette mesure est prise parce que le risque existe que des tierces personnes abusent de ce brassard. La perte d’un tel brassard impliquera aussi chaque fois une enquête minutieuse.