Prise d’assaut du Capitole par des milliers de pro-Trump : on compte déjà 4 morts (VIDEO)

La scène a quelque chose d’un “coup d’Etat”, c’est que ce qu’ont déclaré plusieurs médias. En effet, la scène de cette prise du Capitole (à Washington) par plusieurs centaines de militants pro-Trump pose du moins question. Comme nous l’avions écrit, le traitement plutôt “douce” de la police envers ses militants (car même s’ils sont entrés armes au poing, il semble ne pas avoir eu une seule arrestation au cours de l’action) est étrange, lorsqu’on sait que cette même police ne lésine pas à tirer sur des afro-américains qui souvent ne font rien du tout. Sophie Wilmès, ex-première ministre belge, a même déclaré qu’il s’agissait d’une atteinte à la démocratie. Barack Obama et Emmanuel Macron ont été dans le même sens.

La scène pourrait être historique. En effet, on ne voit pas ça souvent. Des partisans de Donald Trump ont envahi mercredi 6 janvier le Capitole, où siège le Congrès, interrompant la session qui devait confirmer la victoire de Joe Biden de ce fait (dans la suite de la confirmation de la victoire de ce dernier en Géorgie, Etat-clé).

Joe Biden a dénoncé, un peu plus tôt depuis le Delaware, un climat d'”insurrection”. Les images filmées de l’intérieur du majestueux bâtiment situé au coeur de la capitale fédérale américaine feront date historiquement : on y voit des élus portant des masques à gaz, agents de la police en civil arme au poing.

Elles resteront à jamais associées à la fin de mandat tumultueux de Donald Trump, qui apparaît désormais extrêmement isolé dans son propre camp (certains républicains demandent d’ailleurs sa destitution pour “inaptitude à exercer le pouvoir” alors qu’il ne lui reste que deux semaines de mandat).

Quatre morts lors de l’événement

Quatre personnes sont mortes au cours de ces incidents, selon les médias américains, dont Associated Press qui cite la police. Le décès d’une partisane du président sortant Donald Trump, blessée par balle, avait déjà été confirmé. Trois autres personnes ont aussi succombé à leurs blessures aux urgences, selon le chef de la police de Washington, Robert Contee. Les causes de leurs morts ne pourront pas être établies avant leur examen par un médecin légiste, a-t-il ajouté.

La police a, selon lui, également procédé à 52 interpellations mercredi, dont 26 dans l’enceinte du Capitole.

Ces services affirment que tant les forces de l’ordre que les sympathisants de Donald Trump ont utilisé des agents chimiques irritants durant l’occupation du Capitole avant que l’ordre y soit rétabli après plusieurs heures.

Reportage sur les événements du Capitol du 6 janvier – RMC (Copyright)

Deux bombes retrouvées

Deux bombes artisanales ont en outre été retrouvées en deux lieux distincts, de même qu’un fusil et un cocktail Molotov dans un véhicule non loin. Cela semble montrer l’objectif des militants.

Pour parer à d’éventuelles nouvelles manifestations, la maire de Washington Muriel Bowser a étendu l’état d’urgence dans la capitale fédérale pour 15 jours, soit jusqu’à la fin du mandat de Donald Trump. Cela lui permettra, si nécessaire, de renouveler le couvre-feu décrété pour la nuit de mercredi à jeudi, ou de réquisitionner des moyens supplémentaires à cette fin.