La justice britannique refuse l’extradition de Julian Assange (Wikileaks) aux USA

Ce lundi 4 janvier, la justice britannique a donné sa décision. En effet, elle a rejeté, invoquant le motif d’un risque de suicide, la demande d’extradition de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, vers les USA. Le pouvoir de Washington désire le juger pour espionnage après la publication de centaines de milliers de documents confidentiels.

Julian Assange, 49 ans, mène un vrai combat judiciaire non stop, via ses avocats. Il est devenu un symbole du combat pour la liberté d’informer. Il ne sera donc pas extradé vers les USA mais cela ne s’arrêtera sans doute pas là : la décision rendue par la juge britannique Vanessa Baraitser est susceptible d’appel.

Une audience doit se tenir dans l’après-midi de ce lundi 4 janvier “pour savoir s’il doit être libéré” ou non.

Soulagement parmi les soutiens d’Assange

Cette décision de la juge Vanessa Baraitser a été accueillie par de la joie chez les manifestants réunis devant l’Old Bailey. Le poing levé, ils ont entonné en coeur alors : “Libérez Julian Assange” et “Nous avons gagné ! “. Car pour eux, le combat n’est pas terminé.

Il faut dire que Julian Assange risque très gros. En effet, l’Australien risque aux Etats-Unis 175 ans de prison pour avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan. Cette poursuite judiciaire est dénoncée par les ONG et les militants des droits humains.

Les USA reprochent au fondateur de WikiLeaks d’avoir mis en danger des sources des services américains, accusation qu’il conteste. Parmi les documents publiés figurait une vidéo montrant des civils tués par les tirs d’un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007, dont deux journalistes de l’agence Reuters.

Pour rappel, Julian Assange a été arrêté en avril 2019 après sept ans derrière les murs de l’ambassade d’Equateur à Londres, où il s’était réfugié.

Le comité Free Julian Assange en a profité pour rappeler qu’il demandait la libération de ce dernier, sur les réseaux sociaux.