Le délégué belge aux droits de l’enfant rend hommage à une réfugiée violée puis tuée

Bernard De Vos, délégué aux droits de l’enfant en communauté française de Belgique, a salué la mémoire d’Agitu Ideo Gudeta, une réfugiée qui a été tuée à coups de marteau, en Italie, après avoir subi un viol. Elle était un modèle selon lui et elle savait mettre en sourdine les discours racistes rien que par ses actions.

Bernard De Vos a publié sur les réseaux sociaux, dont Facebook, cet hommage à Agitu Ideo Gudeta, décédée des suites de coups de marteau, et juste après un viol. Il écrit : “Elle avait du quitter son Ethiopie natale, pour avoir défié des autorités locales qui voulaient vendre des terres occupées par des paysans du coin à des grosses multinationales. Exilée dans les montagnes du Nord de l’Italie , elle avait récupéré d’autres terres abandonnées pour y élever une race de chèvres en voie d’extinction. Jusqu’à en avoir plus de cent et développer une fromagerie connue dans toute l’Italie.

Tuée après avoir été violée

Le délégué aux droits de l’enfant poursuit : “Son parcours exemplaire avait pourtant été émaillé de relans haineux qu’elle avait encore dénoncés il y a quelques mois à peine.C’est pourtant suite à un différend financier, sous les coups de marteau d’un ancien ouvrier, qu’elle est morte . Après avoir été violée.

Sa mémoire saluée par des habitants d’Italie

Il termine avec cet épisode qui en dit long sur Agitu : “Au milieu des bougies, des dessins et des fleurs deposées devant sa ferme, une voisine a écrit : ” Chère Agi. Tu étais un soleil. Maintenant le monde sera plus sombre.” Elle s’appelait Agitu Ideo Gudeta. Elle avait 42 ans. Elle était connue en Italie, bien au-delà de ses alpages, comme un modèle d’intégration. Pour mettre les racistes en sourdine, plus que de grands discours, l’exemple est toujours l’argument le plus fort. Un exemple stoppé d’un seul coup sec par deux autres drames de notre monde. Le pouvoir de l’argent. Et le féminicide. Repose en paix.