Vienne (Autriche) : 50 coups de feu tiré par une homme “comme un fou” à six endroits différents (VIDEO)

A cette heure, le nombre d’assaillants tireurs n’est pas connu définitivement. Les recherches sont toujours en cours. Il se pourrait qu’il y ait plusieurs auteurs, cette éventualité n’est pas exclue. Karl Nehammer, le ministre de l’Intérieur autrichien a pris la parole et a déclaré qu’au moins un autre suspect était en fuite, a dit partir du principe qu’il étaient “plusieurs” sans en être tout à fait certain.

“Au moins 50 coups de feu”

L’attaque a débuté le soir du 2 novembre à Vienne, la veille du reconfinement de l’Autriche dû à la seconde vague du covid.

Les faits ont eu lieu au centre de la capitale, juste à côté d’une synagogue et de l’Opéra. “A ce stade, il n’est pas possible de dire si la synagogue” était la cible des tireurs, a déclaré Oskar Deutsch, le président de la communauté israélite de Vienne (IKG). Il y aurait au moins 3 morts voire 4 morts, selon certaines sources.

Six lieux différents

Les enquêteurs ont identifié six lieux différents d’attaques ce soir-là. Quelques témoins interrogés par la presse autrichienne ont dit avoir vu un homme tirer “comme un fou” avec une arme automatique. “On aurait dit des pétards, puis on a réalisé qu’il s’agissait de coups de feu”, a expliqué une personne sur la chaîne ORF (télévision publique) .

Un témoin interrogé aussi à la télé a dit avoir vu “une personne courir avec une arme automatique”, un second témoin a dit avoir entendu au “minimum 50 coups de feu” tirés.

La panique s’est diffusée dans la capitale et notamment dans les restaurants et les bars du quartier. Les clients et les tenanciers d’établissement ont été priés de ne pas sortir, d’éteindre les lumières, avant que tout soit sous contrôle.

Déploiement

Un large déploiement a été sorti et mis en place très vite. Des hélicoptères ont survolé la zone. Des cordons de police, des contrôles aux frontières, soldats et policiers ont été mobilisés pour retrouver l’agresseur en fuite: la ville de Vienne s’est rapidement muée en zone retranchée, tandis que le chancelier Kurz condamnait “une attaque terroriste répugnante”.

La première victime est un passant et la deuxième une femme décédée des suites de ses blessures, selon des déclarations à ORF du maire de Vienne, Michael Ludwig, qui a aussi fait état de 15 personnes hospitalisées, dont sept dans un état grave.

Peu de temps après, les spectateurs de l’Opéra ont quitté sous escorte la représentation à laquelle ils assistaient, la dernière avant le confinement.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz tiendra une réunion spéciale de son cabinet et puis s’adressera à la nation ensuite dans la matinée de mardi.

L’assaillant abattu serait un radicalisé

L’assaillant abattu par la police autrichienne serait un sympathisant de l’État islamique (EI). C’est ce qu’a dit le ministre des Affaires étrangères autrichien, Karl Nehammer, ce mardi matin lors d’une conférence de presse dans la capitale. “C’est une personne radicalisée qui se sentait proche de l’EI”. De plus, l’assaillant abattu était armé et portait bien une ceinture d’explosifs, a dit le ministre. 

La police autrichienne a procédé à plusieurs arrestations et mené une perquisition en lien avec l’attaque terroriste, selon l’agence de presse APA.  Hélicoptères et cordons de police, la ville a été bouclée pour retrouver d’éventuels autres suspects. 

Ne plus sortir

Le ministre de l’Intérieur a appelé les habitants à être prudents et à rester chez eux. “Restez à la maison! Si vous êtes dehors, réfugiez-vous quelque part! Restez loin des lieux publics, n’utilisez pas les transports!”, a lancé la police sur son compte Twitter.

Des policiers et des soldats ont été mobilisés pour protéger les bâtiments importants de la capitale, et les enfants ont été dispensés d’école mardi.

“Nous ne nous laisserons jamais intimider par le terrorisme et nous combattrons ces attaques avec tous nos moyens”, a affirmé le chancelier Kurz.

Tensions

Cetta attaque survient dans un climat de tension. De plus, l’extrême-droite gagne du terrain dans divers pays européens. Il n’est pas exclu que la communauté musulmane patisse de cette attaque, et se voit ciblée par une partie de la population, comme cela a été le cas en France avec ce commerçant qui avait décidé de refuser l’entrée du magasin Vival Casino aux femmes voilées. Cette crainte est du moins ce que ressentent certains internautes.

*La photo de couverture sert uniquement d’illustration, n’est pas liée aux événements décrits dans l’article