Israël reconnu par des pays arabes : les palestiniens abandonnés au profit des intérêts éco-politiques ?

Bahreïn et les les Emirats Arabes Unis ont scellé leur entente et leur reconnaissance de l’Etat Israël. Beaucoup se sont demandés les raisons de ceux-ci à agir de la sorte mais très vite une piste s’est dessinée : un ennemi commun… à savoir l’Iran. Le président américain Trump a chapeauté ses accords. Et il a ajouté que d’autres pays suivraient. Il est vrai qu’Oman a été salué par un homme politique israélien. Est-ce le suivant ? Le point sur la situation.

Le président américain Donald Trump a dit ce mardi 15 septembre que “cinq ou six pays” arabes supplémentaires s’apprêtaient à conclure des accords de normalisation de leurs relations avec Israël, après les Emirats arabes unis et Bahreïn qui scellent leur entente avec l’Etat hébreu à la Maison Blanche.

“Nous sommes très avancés avec environ cinq pays, cinq pays supplémentaires”, a déclaré le président des Etats-Unis Trump en direct du Bureau ovale en compagnie du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. “Nous avons au moins cinq ou six pays qui vont nous rejoindre très bientôt, nous leur parlons déjà”, a-t-il assuré sans nommer ces Etats.

Le tweet de Hanaya Natali, homme politique israélien, est révélateur.

“Je pense qu’Israël n’est plus isolé”, a dit Trump

Un membre du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Ahmed Majdalani avait déclaré ce weekend à l’AFP: “Selon nos estimations, quatre ou cinq pays arabes pourraient être prêts, après Bahreïn et les Émirats arabes unis, à aller de l’avant pour instaurer une paix imaginaire.”

M. Majdalani n’a pas clarifié les noms de ces pays, mais des sources palestiniennes ont fait référence à l’État d’Oman, du Soudan, de la Mauritanie et du Maroc.

Donald Trump n’a, en outre, pas écarté la possibilité d’un accord incluant les Palestiniens. “Les Palestiniens vont totalement devenir un membre, je ne dis pas ça par bravade, je vous assure que les Palestiniens vont faire partie (d’un accord) au moment opportun”, a-t-il dit.