Libération : Ali Aarrass retrouve sa famille après 12 ans de prison au Maroc (VIDÉO)

C’est l’information du jour. Ali Aarrass est revenu sur le sol belge. Ce 15 juillet, on a pu le voir dans une vidéo live Facebook en compagnie de sa soeur, Farida Aarrass, également militante pour les droits humains et contre tous types de discriminations. Dans la vidéo, Ali Aarrass a déclaré qu’il était là, en compagnie de sa soeur et qu’il espérait “rencontrer tout le monde sans exception le plus vite possible”. Et il a ajouté avec un trait d’humour : “Restez là, n’allez pas loin, on arrive !”.

Cette vidéo a été tournée dans une voiture. Sur la banquette arrière, se trouvaient Ali Aarrass, accompagné de sa soeur, Farida Aarrass. Au début de celle-ci, on a pu voir Farida Aarrass expliquer le fonctionnement de l’outil qu’est le live Facebook. Dans ces images, on peut sentir, à travers l’écran, la bonne humeur et le sentiment de légereté après toutes ces années de combat pour la justice concernant Ali Aarrass et de moment difficiles.

Dans ce court enregistrement, Farida Aarrass invite son frère à dire quelques mots à la caméra pour les gens qui le regardent par vidéo interposée. Il s’est montré souriant et a invité tout le monde, tant les gens l’ayant soutenu pendant ces dernières années que les autres, “tout le monde sans exception” a-t-il dit explicitement, à venir à sa rencontre, ici ou là.

La vidéo est disponible ci-dessous.

Ali Aarrass vient d'atterrir à Paris, on est en route pour Bruxelles. ElhamdolilAh enfin chez-nous ensemble.

Publiée par Farida Aarrass sur Mercredi 15 juillet 2020

Ali Aarrass n’avait pu revenir en Belgique à cause du Covid

Depuis sa libération, au début du mois d’avril dernier, Ali Aarrass était dans l’attente de rejoindre le sol belge où sa soeur et une partie de sa famille l’attendaient depuis plus d’une décennie. Il avait été arrêté à Mellila (territoire espagnol enclavé par le Maroc, une des dernières colonies de l’Espagne en Afrique du Nord, à l’instar de Melilla ou des îles Canaries) incarcéré en 2008 au Maroc ensuite, bien qu’il avait été déclaré innocent par la justice espagnole. Ali Aarrass a ensuite été pendant toutes ces années torturé de façon répété par les gardiens de prison où il se trouvait (notamment à la prison de Salé).

Nombre de militants s’étaient mobilisés dans diverses régions du monde, et surtout en Belgique, pays où Ali Aarrass vivait dans sa jeunesse. Un comité “Free Ali” avait été constitué pour demander sa libération ainsi que des conditions de détention plus humaines. Ils avaient réalisé toute une série d’actions dans ce but.

Dès à présent, une page se tourne et elle ne peut être que meilleure.