France : les contrôles d’identité “à la chaîne” des militants anti-nucléaire est illégal

Bure, c’est la ville française qui a été choisie un projet d’enfouissement des déchets nucléaires. Et cela a suscité beaucoup de réactions et même la création d’une ZAD (Zone à Défendre) par des militants écologistes.”Ces déchets très dangereux proviennent essentiellement de l’industrie électronucléaire, c’est-à-dire des centrales nucléaires d’EDF, par exemple“, a déclaré un militant sur le réseau social Facebook. C’est là tout le problème selon eux.

Les contrôles d’identité systématiques jugés illégaux par la Justice

La police avait tenté à plusieurs reprises de démanteler le campement, s’était mise, n’ayant pas réussi, notamment au vu de la médiatisation du projet d’enfouissement, à établir des contrôles d’identité… de façon systématique.

La Cour d’appel de Nancy a rendu son jugement : les contrôles d’identité systématiques que les policiers ont effectués sont illégaux.

Le 9 juillet, les journalistes Jade Lindgaard (Mediapart) et Marie Barbier (Reporterre), par leur enquête, nous ont renseigné que “dans un jugement rendu le 11 juin, la cour d’appel de Nancy a estimé que les réquisitions du procureur de Bar-le-Duc autorisant les gendarmes à contrôler de manière quasi permanente les habitants peuvent porter atteinte aux « libertés individuelles »“.

Photo de Projet de Poubelle souterraine pour déchets nucléaires ///// ZAD Bure.
Peinture sur un tonneau à Bure : référence au “Cri” de Munch, “version nucléaire” – D.

Déjà auparavant, dans un jugement rendu le 11 juin dernier, la Cour d’appel de Nancy avait infligé un revers important à la politique de contrôle des populations pratiquée depuis plusieurs années à Bure et ses environs par le procureur de la République. Ce village de la Meuse et ses communes environnantes sont devenus un haut lieu de la contestation antinucléaire depuis que l’État a décidé d’y installer un site d’enfouissement des déchets nucléaires, Cigéo, dont la mise en service est prévue en 2035 en principe.

Pas de solution pour stocker les déchets nucléaires

Aujourd’hui, cela fait plus de soixante ans qu’existe l’exploitation de l’énergie nucléaire. Les journalistes de Mediapart et de Reporterre nous alertent qu’il “n’existe toujours pas de solution durable et sûre pour gérer les déchets nucléaires“. Elles ajoutent : “le projet Cigéo, qui consiste à enfouir en profondeur des déchets radioactifs hautement dangereux dans les sous-sols de Bure, est une très mauvaise option, à laquelle Greenpeace France est catégoriquement opposée”.