Gilets Jaunes : le préfet de police D. Lallement poursuivi en justice par P. Ludosky et F. Lellouche (VIDÉO)

Priscillia Ludosky et Faouzi Lellouche l’ont déclaré officiellement lors d’une conférence de presse ce 19 juin en matinée : ils portent plainte contre Didier Lallement après le blocage de la manifestation du 16 novembre 2019 place d’Italie, à Paris, sans interdiction notifiée. Pour eux, la responsabilité des incidents revient au préfet de police.

On l’observe : la doctrine du maintien de l’ordre de Didier Lallement est de plus en plus critiquée. Ici, cela se concrétise par une plainte au pénal de deux Gilets Jaunes assez connus. Deux figures du mouvement des « gilets jaunes », Priscillia Ludosky et Faouzi Lellouche, ont chargé leur avocat, Guillaume Martine, de saisir la justice des événements du 16 novembre 2019 dans la capitale, selon des informations obtenues par Mediapart. Les plaignants estiment qu’il a interdit une manifestation (l’anniversaire des un an du mouvement qui a soulevé le peuple de France et qui a vu une répression sans précédent dans ces dernières années dans l’hexagone et qui a même été condamné par l’ONU).

“Il s’agit de pratiques liberticides”, déclare Priscillia Ludosky, “on voit que la frontière est fine entre l’exécutif et le judiciaire”. Dans cette conférence, il a aussi été déclaré que le préfet Lallement jouait davantage un rôle politique que de strict maintien de l’ordre, “malgré l’image qu’il prétend donner à la population”.