France : « les citoyens ont perdu la main sur la politique monétaire », dit Laurence Scialom

Laurence Scialom est professeure d’économie à l’université Paris-Nanterre.

Pour pallier les conséquences économiques de la crise sanitaire, les Etats ont activés nombre de mesures d’urgence, en déployant entre autres des dispositifs de chômage partiel ou encore en accordant des reports d’impôts et cotisations. La Banque centrale européenne (BCE), qui tient les rênes de la politique monétaire dans la zone euro de l’Union Européenne, a sorti l’artillerie lourde en annonçant l’injection de 120 puis 750 milliards d’euros dans l’économie. “Les épisodes de crise comme celle que nous connaissons actuellement montrent à quel point la monnaie, présentée à tort par certains économistes comme un instrument technique dont la gestion devrait être laissée aux mains des seuls experts, mériteraient d’être réintégrée dans le débat public”, c’est du moins ce que pense Laurence Scialom.

Des solutions possibles pour contrer cela

Pour Laurence Scialom, économiste à l’université Paris-Nanterre, les citoyens ont perdu la main sur la politique monétaire. Toutefois, il existe des moyens pour reprendre le contrôle et mettre la création monétaire davantage au service de la transition écologique et d’objectifs prioritaires, comme ce fut le cas au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il est aussi possible de rendre ces mécanismes intelligibles à tous, afin de favoriser l’émergence d’un véritable contre pouvoir citoyen sur les enjeux monétaires.