Guerre 40-45 : le débarquement de Normandie a lieu il y a 76 ans ! (VIDÉO D’ARCHIVES DU JOUR-J)

C’est un des tournants de la Seconde Guerre Mondiale et c’est le symbole de la dégringolade du régime Nazi sur le côté ouest.

Le 6 juin 1944, le débarquement marquait un jour d’espoir pour l’Europe. La formidable armada alliée, menée par le général Eisenhower, prenait pied sur le sol normand, première étape de la libération de l’Europe occidentale du joug nazi.

Le débarquement a commencé certes le 6 juin 1944 mais a duré au total deux mois, coûtant la vie à 4400 à personnes, rien que ce jour-là.

Les événements se sont passés chronoliquement comme ceci

La nuit du lundi 5 au mardi 6 juin 1944 a été historique. Aux coups des 6h30 du matin, les deux premiers débarquements ont lieu à Utah Beach (près de Sainte-Mère-L’église) et à Omaha Beach (près de Colleville-sur-Mer et Bayeux), par l’armée Américaine. Les navires de guerre sont armés de ports artificiels pneumatiques leur permettant d’aller jusqu’au rivage sans problème. Des avions et des parachutistes les accompagnent. Une heure plus tard, à 7h30, les anglais se joignent au combat sur les plages de Gold Beach et Sword Beach, avec aussi des parachutistes et des avions de combat. Viennent enfin les canadiens à 7h45. En environ une heure, les armées alliées sont arrivées sur les plages françaises et accueillies par le feu et les armes .par l’armée allemande en alerte. Ce n’était pas le premier débarquement : il y avait eu ceux de Sicile et de Provence auparavant.

Il y a donc eu cinq plages d’entrée : Utah Beach, Gold Beach, Juno Beach, Gold Beach, Sword Beach par lesquelles les soldats américains, canadiens, anglais et de tout leur empire colonial de l’époque et dans une moindre mesure les français ont commencé la reconquête de la France et précipité, sur le front Ouest la chute de l’Etat d’Adolf Hitler et du Troisième Reich allemand.

Dans les airs, la Luftwaffe et la Royal Air force s’affrontent sans pitié pendant des jours et des semaines. Sur terre, c’est la débandade et un champ de guerre généralisé. Très vite, Caen, Saint Lô, Lisieux, Vire, Evreux, et une bonne partie des villes de Normandie ne seront plus que des tas de ruines. La population civile tente de s’exiler en masse. Les rescapés trouvent refuge dans les campagnes, en dehors des zones de combats, traumatisés.

Cela s’est fait grâce à un coup de bluff de l’Opération Fortitude, gigantesque campagne de désinformation à destination de l’armée d’Hitler, le largage des commandos parachutistes à Sainte-Mère-Église et dans nombre d’autres villes de Normandie, en plus des bateaux.