France : “Non les policiers n’ont pas été roués de coups” dit un témoin, la vidéo le confirme

Tout a commencé quand des policiers ont décidé d’intervenir pour faire stopper (selon leur version) un “rodéo”. C’était le 14 décembre à Valenciennes (nord de la France). Les policiers ont eu à faire face à des oppositions des jeunes à qui ils s’en prenaient. Certains médias (dont TF1 ou BFM TV) ont déclaré que les policiers ont été “roués de coups”. Or, cela semble faux. La vidéo de la scène, filmé par un jeune avec son téléphone portable, montre autre chose, ils n’ont été que poussés car les jeunes voulaient récupérer la moto, ce que les policiers refusaient.

Les faits ont eu lieu ce 14 décembre à Valenciennes, dans le nord de la France, non loin de la frontière avec la Belgique. La scène qui a été filmée montre des policiers qui essayent que des jeunes ne récupèrent pas une motocyclette posée au sol, sur son flanc, à proximité d’un immeuble d’un quartier populaire.

“Non ils n’ont pas été roués de coups”

La version policière est qu’il faisait un “rodéo” juste avant, or cela n’a pas été confirmé face caméra par les témoins interrogés dans les médias. En effet, sur CNews, un témoin a déclaré que la version des policiers reprises par les médias (qui ont, à l’image de TF1) déclaré que ceux-ci “avaient été roués de coups” est très clairement exagéré. Le témoin a dit face caméra qu’il n’y avait pas eu de coups portés. D’ailleurs, les images le prouvent en effet.

Reportage sur l’intervention de police qui ne semble pas être un “rouage de coups des policiers par des jeunes” – RMC (Copyright)

Le syndicat Alliance, qui est le syndicat le plus radicalisé en terme de défense à tort et à travers des forces de police en France, s’est évidemment indigné. Ce syndicat était le même qui se plaignait des “violences des Gilets Jaunes” à l’égard des policiers, mais qui n’a jamais dénoncé l’usage du LBD qui a crevé des yeux de plusieurs dizaines de personnes sur tout le pays.

Par ailleurs, les violences policières sont un fait admis dans la société française jusqu’au président de la République Emmanuel Macron lui-même qui l’a avoué sur le média Brut, il y a peu.

Ce traitement médiatique de l’affaire du “rouage de coups” qui n’en est pas un, image à l’appui, vient décrédibiliser la parole médiatique et les policiers, déjà très critiqués pour leurs violences policières, telles que par exemple celle de Michel Zecler, lui vraiment roué de coups chez lui, ou celle de Cédric Chouviat, étouffé par des forces de l’ordre jusqu’à la mort. Les deux interventions avaient été filmées.

Malgré cela un des jeunes s’est retrouvé en garde à vue.