France : les réfugiés expulsés par la police à Paris devaient être relogés, ce n’est pas le cas (VIDEO)

A la fin du mois de novembre, des réfugiés avaient été expulsés manu militari par la police. C’était à la place de la République, à Paris. Les réfugiés, accompagnés par de nombreuses associations leur venant en aide, avaient demandé aux autorités de la ville de disposer de logements. Leurs demandes étaient restées sans réponse. Du coup, ils avaient établi un campement de fortune sur la célèbre place, à la vue de tous.

Très vite, alors, la police est venue sur place et n’a pas lésiné de l’usage de la force et de la violence comme on a pu le voir sur les images de ce soir-là. Ces agissements des forces de l’ordre ont été fort critiqués, dès le soir-même. Même Audrey Pulvar, ex-journaliste et à présent adjointe à la maire de Paris, Anne Hidalgo, avait fait une remarque aux policiers au vu de leurs méthodes.

Les policiers avaient délogés les réfugiés, chassés en faisant un usage illégitime, donc illégal de la force. Les images qui ont été retenues sont celles, notamment, d’un homme dans une tente qui fut jeté et laissé par terre, sans ménagement. Un croche-pied avait aussi été fait à une personne, par un chef d’opération, qui est à présent poursuivi pour ces faits. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait du se justifier de ces actions mais avait pris la défense des policiers, comme c’est son habitude.

Ces personnes avaient reçu des promesses de relogement. Il n’en est toujours rien. La ministre déléguée chargée du logement, Emmanuelle Wargon, avait déclaré que pourtant elle allait s’en occuper. Mais, comme le souligne Mediapart, le nombre de places ne sont pas du tout suffisant. Une travailleuse d’un des centres s’en plaint également mais déclare qu’il n’y a pas assez de moyens octroyés par les autorités de l’Ile-de-France. Le média d’investigation français a interviewé trois des réfugiés qui étaient présents à la place de la République et qui avaient été chassés par la police.

Ils attendent toujours un logement et leurs démarches dans les centres d’accueil ne débouchent jamais sur rien.

Réfugiés délogés avec violence par la police à la place de la République et toujours par relogés – Mediapart (copyright)