France : un hommage à Mohammed tué suite à une interpellation policière a eu lieu (VIDEO)

Dans la ville de à Béziers, dans le sud de la France, ce mardi 8 décembre au soir, un rassemblement a eu lieu en hommage à Mohammed Gabsi. Ce dernier a été victime de violences policières le 8 avril dernier (il y a donc tout juste 8 mois). Il en est mort. C’était donc un peu plus de trois mois après la médiatique mort similaire de Cédric Chouviat (vidéo) et un mois et demi avant l’affaire George Floyd qui avait créé une hostilité très forte à la police aux USA (vidéo) . Ces trois personnes sont décédées pour des motifs dérisoires au départ et par un abus de la force de la police.

Mohammed Gabsi est décédé le 8 avril dernier après son interpellation par trois policiers municipaux pour violation du confinement. Depuis chaque 8 du mois, un collectif de soutien à la famille se réunit. Il n’avait “pas respecté le couvre-feu instauré par la municipalité”.

Alors que le débat citoyen et médiatique, et même politique (avec La France Insoumise notammen) autour de la loi Sécurité globale, fait toujours rage, ce rassemblement rappelle l’importance des images vidéo comme preuves des violences policières. C’est d’ailleurs ce qui a sauvé des fausses accusations (et peut-être à terme, de la prison) Michel Zecler, agressé par des policiers dans son studio à Paris, et Paul, qui s’est fait tirer dessus à deux reprises en avril 2019, par un policier pour un vol de sac à main qu’il n’avait jamais commis.

Une fracture de la corne thyroïdienne a causé sa mort

Des soutiens à la famille de Mohammed Gabsi ont déclaré : “Sans les images vidéo, on n’aurait pas su ce qui s’est passé”. L’homme de 33 ans a subi une fracture de la corne thyroïdienne durant son transfert. C’est ce que décrit le rapport d’autopsie, explique le média France3 Occitanie qui a relayé le rappel des faits.

La soeur de la victime demande une mise en examen des policiers ayant manifestement commis des violences qui ont conduit au décès de Mohammed Gabsi. Elle demande à ce que justice soit faite.

Il est également à rappeler que la ville de Béziers a comme maire Robert Ménard dont les positions proche de la droite extrême sont de notoriété publique.

Rassemblement en hommage à Mohammed Gabsi à Béziers, mort des suites d’une interpellation policière en avril 2020 – France3 Occitanie (copyright)