Loi Sécurité globale en France : “Face à la police, nous ne sommes protégés que par la presse” (VIDEO)

La loi Sécurité globale inquiète les citoyens et citoyennes français-es. Comme ODP news l’avait relayé quasi en direct, la manifestation qui a eu lieu ce lundi 17 novembre a été réprimée, les manifestants, pourtant pacifiques, ont été encerclés. Par ailleurs, le collectif Reporters en colère mettait déjà en garde sur les dérives de cette loi au début du mois de novembre.

Et en effet, certains policiers et gendarmes semblaient même déjà appliquer la loi qui pourtant n’avaient même pas encore été votée (car le vote avait lieu en même temps que la manifestation), comme on peut le voir sur les images filmées par le youtubeur Cemil, en live, directement sur place. Ce qui est un comportement hors-la-loi, ont rappelé certains.

“Atteinte aux libertés individuelles et de la presse”

Certains citoyens ont parlé de dérive autoritaire de la police et du pouvoir politique. Même le défenseur des droits, pourtant nommé par Macron lui-même, s’inquiète de cette loi, comme l’a rappelé une journaliste de Mediapart. L’article 24 de cette loi semble être un des points qui pose le plus de problème en terme d’atteinte aux libertés individuelles et également d’atteinte à la liberté de la presse.

Des mots très forts contre les dérives de la loi Sécurité globale

Un citoyen a pris la parole au cours de cette manifestation et énuméré un certain nombre de victimes de la police, qui sont soient carrément décédées du fait de leur interpellation (comme Adama Traoré, Cédric Chouviat) ou blessées (comme Théo). Ce citoyen a déclaré que seule la presse et les personnes filmant les policiers les protègent. Il a parlé de mise en danger “de nos vies” par la police. La loi Sécurité globale, qui empêcherait de les filmer est donc un risque réel pour leur intégrité physique, notamment des personnes discriminées et racisées. C’est en substance son message. Voir vidéo ci-dessous.