France: Reporters en Colère alertait déjà sur les dérives de la loi Sécurité globale le 2 novembre (VIDEO)

Reporters En Colère, le “collectif de Reporters contre la répression et la précarité” s’est indigné ce 2 novembre dernier au sujet de la loi Sécurité globale qui empêchera les citoyens français de filmer les forces de l’ordre dans le cadre de leur fonction.

Pour beaucoup d’autres internautes par ailleurs, il s’agit d’une dérive autoritaire et d’un risque d’augmentation des violences policières, déjà nombreuses en France.

Le collectif Reporters en Colère avait publié sur son compte twitter une photo d’une violence policière prise sur le vif, dans laquelle on voit un CRS s’en prendre physiquement à une manifestante ébahie (voir photo de couverture ci-dessus). Reporters en Colère dit lancer l’alerte à ce sujet. Le collectif écrit : “L’État veut interdire la diffusion d’images de policiers, identifiables ou non. Sans ces images, impossible de dénoncer les innombrables #ViolencesPolicieres“.

Il a en fin de texte écrit ces trois hashtags qui parlent d’eux-mêmes : “#PPLSecuriteGlobale #CettePhotoNexisteraPlus #LiberteDinformerEnDanger “.

Manifestation du 17 novembre et vote du 18 novembre

A présent, le vote de cette loi de Sécurité globale a lieu ce 18 novembre, comme nous l’avons publié dans un article à ce sujet. Et des risques pour la démocratie, il y en a pour les manifestants. On peut voir notamment l’alerte du youtubeur Gemil qui était sur place, hier, ce 17 novembre, et qui a vu et filmé le nassage des manifestants dont des journalistes et l’usage du canon à eau, faisant au moins une blessée touchée au visage comme le montrent les images vidéo (voir ci-dessous).

*Crédits Photo de couverture @Marionvac_photo