France: une militante écolo parle de réduction du temps de travail, les patrons du MEDEF ricanent (VIDEO)

Cela s’est passé ce jeudi 27 août, à l’université d’été du MEDEF, en France. Le MEDEF, c’est le “Mouvement des entreprises de France”. C’est une organisation patronale. Camille Etienne, militante écologiste qui a lutté en front commun avec Greta Thunberg, qu’elle a par ailleurs déjà rencontré au sein de leur combat, était interrogée pour parler environnement et économie. Elle a proposé de limiter la croissance et évoqué la réduction collective du temps de travail. Ce qui a fait ricaner l’animatrice de la table ronde. La proposition est en effet peu en accord avec le credo des patrons du MEDEF.

La jeune militante écolo a été imperturbable face aux ricanements auxquels elle avait à faire face en réaction à ses propos, lors de son passage à l’université du MEDEF, ce patronat qui regroupe les entreprises de France. Camille Étienne, 22 ans, a pourtant tenté d’influer sur les raisonnements des patrons présents. Elle fait ce qu’elle a pu pour amorcer une discussion avec les patrons sur la réduction du temps de travail et les limites de la croissance.

Elle a “l’habitude”, dit-elle. Invitée à l’université du Medef pour une table ronde sur les “conflits de générations”, Camille Étienne, activiste écologiste et porte-parole du mouvement “On est prêt”, a osé discuter réduction du temps de travail et remettre en cause le mantra de la croissance devant le patronat réuni à Paris. C’était ce jeudi 27 août.

“L’écologie n’est pas d’actualité”, a répondu l’animatrice à la militante écolo

Dans la vidéo, la jeune femme, qui a côtoyé Greta Thunberg lors des manifestations pour le climat de 2019, a suggéré qu’il faudra peut-être “oser travailler moins” pour “réinventer” le monde de l’entreprise, provoquant un rire nerveux de l’animatrice de la table ronde.

“Vous êtes ici quand même à la REF (université d’été) du Medef, donc la question de travailler moins à mon avis n’est pas totalement d’actualité”, a coupé court cette dernière, suscitant les applaudissements de l’auditoire.

“On n’est pas pris au sérieux car on dérange”

Un peu plus tard, une remise en question de la croissance a valu à la militante de multiples interruptions et relances, notamment sur ces “préoccupations de gens nantis et très éduqués”, challenge interrogatoire auquel n’ont habituellement pas droit les nombreux ministres et experts qui défilent sur cette tribune. Un échange que vous pouvez aussi visionner dans la vidéo en tête d’article.

Gardant le sourire après cette table ronde, Camille Étienne a dit avoir “l’habitude” de ne pas être prise au sérieux de prime à abord. “On n’est pas pris au sérieux parce qu’on dérange”, affirme-t-elle au HuffPost, au sujet de cette nouvelle génération de militants écologistes. Mais, ajoute-t-elle, “j’ai des dirigeants qui, au début, me regardent un peu de haut et puis, quelques jours après, quelques conférences plus tard, sont venus me dire merci”. Le dialogue entre générations semble encore long pour une entente. Les écologistes auront semble-t-il le fin mot de l’histoire. Le réel va dans leur sens, c’est ce qu’affirme le scientifique Aurélien Barrau, notamment, qui est très sensible aux idées écologistes défendue par la militante Camille Etienne.