Nice : la police violente deux citoyens lors du Tour de France pour non port du masque (VIDEO)

«Tout ça pour un masque», a-t-on pu lire sur les réseaux sociaux. Il est vrai que la scène laisse à réfléchir, sur le comportement policier et une certaine démesure dans l’interpellation qui a eu lieu à Nice, ce 29 août, lors du coup d’envoi du Tour de France 2020 (qui n’a pas eu lieu en juillet, du fait du Covid). La ville de Nice a imposé le port du masque depuis le 20 août. Ce qui est certain, c’est que certains policiers de cette ville ont pris ce motif pour faire de la répression, comme c’est le cas ici.

L’interpellation de Nice a été pour ainsi dire musclée, comme le montre la vidéo. Le port du masque est obligatoire partout dans la ville depuis le 20 août. Les policiers font régulièrement des rondes pour vérifier qu’il est bien porté par la population… quitte à commettre des violences policières (assez fréquentes en France, du reste, les exemples l’attestent et la réputation de la police est connue pour cela). Cela a été le cas ce 29 août lors du coup d’envoi du Tour de France, fameux tour cycliste.

«Tout ça pour un masque», a affirmé un témoin, choqué. La vidéo a beaucoup circulé et été vue des milliers de fois sur les réseaux sociaux.

La vidéo montre un homme et une femme qui ont subi des violences de la part de policiers. Elle est sans équivoque. La femme a été rapidement emmenée ailleurs, alors que l’homme est resté allongé par terre, maintenu par les policiers et violenté. «C’est vraiment un scandale», affirme l’homme dont le front est couvert de sang, alors que le témoin rappelle qu’«il y a la vidéo».

«C’est vraiment un scandale», affirme l’homme dont le front est couvert de sang, alors que le témoin rappelle qu’«il y a la vidéo».

Port du masque obligatoire à Nice : un argument de répression policière ?

Selon l’arrêté de la ville de Nice du 20 août 2020, le port du masque est «obligatoire de 08h à 00h pour toute personne de plus de 11 ans dans l’intégralité du territoire de la commune». Le document précise que «les personnes ne respectant pas le port du masque devront payer une amende de 135 euros».

Une question se pose : les policiers en profitent-ils pour faire de l’excès de zèle voire de se laisser à de la violence ? Le phénomène de violence ne peut plus être contesté dans ce pays, comme dans d’autres, tels que la Belgique ou encore les USA. Les cas de George Floyd, de Jacob Blake, de Cédric Chouviat, décédés (ou grièvement blessé pour Blake) par une intervention policière, l’attestent manifestement.