La Fédération des chasseurs de France fait une campagne de pub aux airs de propagande (VIDEO)

Dans une série de 8 épisodes (sous forme de capsules vidéo courtes), la Fédération nationale des chasseurs a tenté de “casser les stéréotypes” pour “créer des vocations”. Ce faisant, les messages délivrés par les vidéos confirment que la chasse est avant tout une activité plaisir qui « révèle la vraie nature » des chasseurs, loin des arguments écologistes habituellement avancés. Cette web-série s’inscrit dans une « guerre de l’image » entre écologistes et chasseurs qui continuent d’obtenir les faveurs des décisions gouvernementales alors même qu’ils souffrent du rejet d’une plus en plus grande partie de la population. Dans les vidéos YouTube, les commentaires ont dailleurs été désactivés…

“Casser les stéréotypes avec des stéréotypes”, c’est la méthode utilisée par la Fédération des chasseurs de France, comme l’explique le site Fréquence Terre. Elle a fait une série de 8 petites vidéos pour donner envie au public de participer à leurs activités de chasse, car elle sent l’hostilité croissante de la population envers ses agissements, qui ont d’ailleurs coûté la vie, hormis bien sûr les animaux traqués, à de nombreuses personnes, notamment des cyclistes et des joggeurs.

Dans ces vidéos, plusieurs profils sont montrés. Par exemple : un retraité avec l’accent chantant, deux trentenaires urbaines autour d’un verre, deux ados fans de série, un jeune couple roucoulant, deux jeunes femmes habitant en banlieue : voilà les stéréotypes sur lesquels joue la Fédération nationale des chasseurs dans des mises en scène où l’un des personnages confie à l’autre être chasseur ou chasseuse.

Presque parodiques, la Fédération nationale des chasseurs affirme pourtant dans son communiqué que ces personnages représentent de « vrais gens » dont « la chasse révèle leur vraie nature » : celle de chasseur/chasseuse.

Si la campagne a déjà fait réagir de nombreux internautes sur les réseaux sociaux, souvent perplexes face à ce choix de communication, une chose est certaine : l’objectif de faire parler de cette campagne de publicité est réussie. Malheureusement pour certains écologistes en lutte contre cette fédération mais heureusement pour d’autres car cela permet de relancer le débat.

Car derrière cette campagne vidéo se tient un réel enjeu pour cet organisme de la chasse : redorer le blason des chasseurs dont certaines pratiques abusives créent un rejet franc et massif d’une plus en plus grande partie de la population, comme les près de 600 000 participants au référendum pour les animaux, mais aussi les foudres de la Commission Européenne.

La guerre de l’image… une vidéo de propagande

Au total, il y aurait aujourd’hui 1 million de chasseurs en France mais leur nombre décroît régulièrement depuis le maximum de 2 219 051 recensements en 1976. Avec les nombreuses polémiques dont le monde de la chasse est régulièrement l’objet, cette propagande vidéo s’inscrit dans un contexte de plus en plus tendu entre chasseurs et écologistes.

Ainsi, l’Association pour la protection des Animaux Sauvages (ASPAS) a eu le malheur de voir une manifestation anti-écologistes autorisée jusque devant leurs locaux ce vendredi 21 août, où près de 700 manifestants regroupant des chasseurs et des agriculteurs ont accusé l’ASPAS de s’accaparer les terres suite à la création de réserves de vie sauvage de 700 hectares dans la Drôme.

Face aux intimidations de certains manifestants, trois fourgonnettes de gendarmes ont été déployées devant la porte de l’association pour éviter les débordements et les attaques matérielles ou physiques. De leur côté, les organisateurs ont donné des consignes strictes aux participants pour que la tonalité du rassemblement ait l’air d’un « pique-nique convivial » afin de remporter la « guerre de l’image ».

Chasseur et sanglier tué – Crédits Photo Chasseurs Meusiens (Facebook)

Les commentaires de ces différentes vidéos de la campagne de promotion de la chasse ont été désactivés. Une action qui en dit long de la part de la Fédération des chasseurs de France, qui connait bien le peu de popularité réelle qu’elle suscite actuellement.

Les chasseurs agressent parfois les passants

Dans cette vidéo (dont on ne voit rien mais dans laquelle on entend un dialogue), une altercation a lieu. Les chasseurs demandent à un homme sur la route de “ne pas sortir”. Ils lui disent, à bord de leur voiture, qu’il n’a pas le droit d’être sur la route. Ils lui disent de dégager (sic) et le frappent.

Agressé par des chasseurs

Je viens d'être agressé par deux chasseurs rentrais de "sortie brève" (avec mon attestation), ce soir vers 21h, à pieds sur le bord de la petite la route à quelques centaines de mètres de chez moi, en pleine campagne. Lieux déserts à la tombée de la nuit. Une voiture s'arrête à ma hauteur, avec à bord 2 hommes, chasseurs, qui me connaissent de vue, dont un qui m'avait menacé de mort en 2018 à mon domicile au motif que je "parlais de la chasse sur les réseaux sociaux", entre autres menaces. Les deux types commencent à me dire que je n'ai pas le droit d'être là sur la route en période de confinement. S'en suit un dialogue surréaliste où ces personnes veulent contrôler mon attestion. J'ai pu enregistrer la 2ème moitié de l'agression, d'abord verbale puis physique (son) ⬇ Le passager (l'auteur des menaces de mort de 2018) sort de la voiture et menace de me frapper. Je recule sur une vingtaine de mètres à mesure qu'il s'approche (geste barrière !) et qu'il menace toujours de me frapper. Je n'y voyais alors pas grand-chose, car j'avais les phares de la voiture dans les yeux, tandis que lui les avait dans le dos. Je reçois un coup de pied (et beaucoup de postillons). Je parviens ensuite à calmer plus ou moins la situation, toujours en refusant d'aller au contact physique (jamais je ne frapperai qui que ce soit, sauf évidemment pour sauver ma peau ou celle de quelqu'un – stade proche ici, car l'agresseur était monté à un haut niveau de tension). L'agresseur physique rentre finalement dans la voiture. Le conducteur, qui avait choisi d'arrêter la voiture à ma hauteur, n'a tenté à aucun moment de le retenir, et m'a dit ces derniers mots avant de démarrer la voiture : "ça va mal finir". La seule et unique cause de cette agression est mon engagement sur le sujet de la chasse. Je vais porter plainte au plus vite. Il faut stopper cette petite mafia rurale.[ Vous pouvez me soutenir ici 👉 http://bit.ly/TipeeeRigaux MERCI ❤ ]

Publiée par Pierre Rigaux sur Jeudi 9 avril 2020

Un dialogue de plus en plus difficile entre écologistes et chasseurs

En effet, l’objectif premier de l’ASPAS est de créer un maillage d’espaces protégés, « alliés à des formes d’exploitations forestières non violentes, des agricultures paysannes hospitalières pour la vie sauvage, au sein d’un projet de société sobre et solidaire. »

Si l’association naturaliste arrive à maintenir le dialogue avec une paysannerie agroécologique et vertueuse, des groupuscules plus extrémistes peuvent manifester une agressivité certaine comme lorsque des éleveurs et des chasseurs avaient envahi la salle où était projeté le film « Marche avec les loups » de Jean-Michel Bertrand, à l’initiative du parc du Mercantour, pour faire annuler la séance, avec l’accord du maire de la commune présent sur place.

Et ces démonstrations de force semblent faire effet, comme la décision de justice rendue le 20 août autorisant l’élimination de 1 430 renards, au maximum, d’ici au 31 décembre, malgré les 2468 avis négatifs, contre seulement 832 avis positifslors de la consultation publique. Si le référé de One Voice a été rejeté, une seconde audience aura lieu le mercredi 2 septembre 2020 pour juger un recours déposé par 4 associations (AVES France, l’ASPAS, la LPO Normandie et le Groupe Mammalogique Normand).

Loin de faire rire, la propagande vidéo de la Fédération nationale des chasseurs ne doit donc pas occulter le climat menaçant dans lequel évolue de plus en plus de protecteurs de la nature. De son côté, « L’ASPAS tient à souligner qu’elle reste sur le terrain du dialogue et de l’action constructive, au service de l’intérêt général. L’association, qui en a vu d’autres, fête dans la bonne humeur ses 40 ans d’existence, mais reste très préoccupée par cet écolobashing grandissant, et pour l’avenir de la vie sauvage. »