Colonisation : les USA veulent installer une centrale nucléaire sur la Lune pour 2026

Comme le journal Science Post nous l’a appris, des chercheurs étasuniens viennent d’élaborer un nouveau design pour une centrale nucléaire. Il ne s’agit pas d’une centrale nucléaire “ordinaire”… puisqu’elle devrait être installée sur la Lune ! Toutefois, il ne s’agit que d’un réacteur test à ce stade. D’après le journal des actualités scientifiques, il s’agirait d’une technologie qui permettrait d’aider à la colonisation de la planète Mars. Il va sans dire que nombre de critiques éthiques ont été faites à l’annonce de ce projet.

Tout ça n’en est donc encore qu’au stade de projet. Mais les USA semblent déterminés à vouloir aller de l’avant dans cette direction : mettre sur pied une véritable centrale nucléaire sur la Lune, notre satellite, que nous aimons tant observer la nuit. Ce projet faramineux ne serait qu’une étape pour aller vers Mars. Toutefois, l’objectif est de le réaliser pour 2026 ! Donc dans 6 ans !

Les recherches sur ce projet ont eu lieu (et ont toujours lieu en ce moment) au laboratoire national de l’Idaho du département étasunien de l’énergie (DoE). Comme nous l’apprend Science Post : “des chercheurs travaillent sur un nouveau type de centrale nucléaire. Comme l’explique Design and Development Today dans un article du 27 juillet 2020, il est question de tester un premier réacteur sur la Lune (…) Cet éventuel réacteur lunaire devra obligatoirement être compact“.

Avec plus de détail le journal scientifique français écrit : “Lorsque l’on parle de colonie lunaire ou de colonie martienne, il est inévitablement question de l’établissement d’une base. Or, cette base devra être obligatoirement alimentée en énergie. Mais quelle ressource doit-on utiliser ? Il faut savoir que des navettes embarquent régulièrement des panneaux solaires, une source renouvelable déjà très présente sur la surface de la Terre“.

Il précice néanmoins qu’il s’agit d’une tâche complexe : “Toutefois, l’installation de milliers de panneaux – notamment sur Mars – serait trop compliquée. En effet, les tempêtes de sable et autres cratères peuvent plonger les installations dans le noir. De plus, les batteries ne sont pas éternelles et leur remplacement est problématique“.

Le réacteur sera même testé !

Appel d’offre lancé… donc une entreprise commerciale ?

Le journal Slate précise que : “le projet connaît un regain d’attention alors que, fin juillet 2020, le département de l’Énergie américain a lancé un appel d’offre, chargeant le Laboratoire national de l’Idaho de trouver un système de surface permettant aux humains de vivre pendant de longues périodes dans l’espace grâce à la fission de l’atome“.

Et on y apprend que ce plan a deux phases: “la première est de déveloper une preuve de concept pour ce réacteur extraterrestre. La seconde d’envoyer une unité de test sur la Lune, ce qui suppose de trouver en parallèle un système capable de transporter cette dernière vers notre satellite. Le tout doit être bouclé d’ici 2026 –soit demain, ou presque“.

La même chose sur Mars ?

Dans son appel, le DoE indique vouloir acquérir un système de surface utilisant la fission de l’atome capable de permettre aux humains de vivre durant de longues périodes dans l’espace. La première phase du programme consiste à développer une preuve de concept du réacteur. La seconde aura pour but d’envoyer un réacteur test sur la Lune en 2026. Par ailleurs, ceci implique d’étudier en parallèle un moyen d’acheminer le réacteur sur notre satellite. Enfin, dans le cas où cette technologie fasse réellement ses preuves, les États-Unis envisageront sérieusement une application sur la planète rouge.

Critique de cette colonisation lunaire et marsienne

Sur internet, notamment dans les commentaires sous le post Facebook de l’article sur la page Science Post, on peut lire des commentaires assez critiques envers ce projet. Certains déclarent, comme cet internaute, que le projet serait également – selon lui – d’un armement, et il craint également un accident : “Le premier but d’une centrale nucléaire n’a jamais été de produire de l’énergie, mais d’enrichir le plutonium pour l’armement nucléaire. L’énergie électrique qui en produit n’est que pour bien paraître, jusqu’à ce qu’un accident arrive…

Un autre écrit, toujours en commentaire de l’article de Science Post sur Facebook : “Scandaleux, non seulement on détruit la nature sur Terre mais maintenant, en plus, on va détruire, la nature sur d’autres corps céleste …lamentable“. Enfin un dernier a déclaré, inquiet : “les dirigeants de la planète bleue vont mal“. On n’a pu noter peu de commentaires se réjouissant de l’avancée scientifique et de l’intérêt réel du projet de centrale nucléaire sur le net.