Pollution : un simple pack de poires fait presque le tour du monde pour être vendu aux USA (PHOTO)

Ce jeudi 13 août, la page Facebook du collectif militant écologiste “We Don’t Deserve This Planet” a posté une image interpellante, comme on la voit ci-dessous. Elle parle d’un problème écologique majeur que nombre de militants écologistes, ou même de citoyen-ne-s du monde soucieux de l’avenir de la planète mettent régulièrement en lumière.

Ce collectif de protection environnementale a dénoncé le fait suivant. Pour lui, il est aberrant que soient cultivées des poires en Argentine, de les envoyer par bateau (un des engins de transports des plus polluants qui existent) en Thaïlande, c’est-à-dire à des milliers de kilomètres, de l’autre côté de l’océan Pacifique pour être empaquetées dans des boites en plastique, avant d’être à nouveau envoyées par bateaux aux USA pour être vendues. Il s’agit d’un symbole de ce qu’est l’économie libérale aujourd’hui, a-t-on pu lire sur les réseaux sociaux.

En effet, il s’agit d’une réalité trop peu mise en lumière dans la presse de masse alors qu’il s’agit d’un des problèmes cruciaux de notre temps : l’avenir de la planète, qui passe par l’écologie et dont ce type de comportements commerciaux entrave. Certains parlent de nuisance voire de danger pour la survie de l’humanité. Ce transport est en effet une des causes non négligeable du dérèglement climatique, selon des experts et scientifiques.

Photo de We Don't Deserve This Planet.
Le trajet de poires d’Argentine en Thaïlande, de la Thaïlande aux USA – We Don’t Deserve This Planet D.

Une internaute qui a partagé la publication de a traduit les termes en français : “Les poires cultivées en Argentine, emballées en Thaïlande et ensuite vendues aux États-Unis. Transporter un produit pour des dizaines de milliers de kilomètres augmente considérablement son impact sur l’environnement en terme d’émissions de CO2.”

Il s’est qui plus est indigné de l’emballage plastique et a prôné le retour à une économie locale pour sortir de ce circuit : “L’emballer dans du plastique est encore plus absurde. Le meilleur choix est toujours d’acheter des fruits et légumes locaux, de saison et en vrac“.