Covid: le labo Gilead suspect d’avoir pré-vendu 1 milliard d’€ de médicaments qu’il savait inefficace

Le Remdesivir, ce bouclier anti-virus créé par le laboratoire pharmaceutique Gilead, était le traitement qui suscitait le plus d’espoirs pour bloquer le Covid-19. Ils ont été douchés le 15 octobre par une étude de l’OMS. Une semaine plus tôt, le laboratoire américain avait signé in extremis un contrat de précommandes avec la Commission européenne pouvant atteindre 1 milliard d’euros. Or, il n’a pas ou quasi pas d’effet concret contre le covid.

ODP news avait écrit un article sur le Remdesivir et des éventuelles taches d’ombre, dont on sait plus d’éléments en ce mois de novembre, notamment grâce à Mediapart.

Oui, en effet, le Remdesivir, l’antiviral de Gilead, a « peu ou pas d’effet sur les patients hospitalisés pour le Covid-19 ». Ce sont du moins les résultats préliminaires de l’étude Solidarity coordonnée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiés le 15 octobre dernier, et qui s’appuie sur « les taux de mortalité, de début de la ventilation ou de durée de l’hospitalisation ».

Ainsi, “l’étude Solidarity porte sur des expérimentations sur 11 000 patients volontaires de trente pays différents et inclut les résultats des essais cliniques Discovery menés par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) dans le but de tester l’efficacité et la sécurité de molécules anciennes repositionnées dans l’indication Covid-19”, comme nous l’explique Mediapart qui ajoute : « Nous aurions tous aimé voir émerger un traitement efficace contre le Covid-19 mais les recherches montrent que le Remdesivir ne fonctionne probablement pas. Ce qui est le plus important, c’est la mortalité, et il ne la réduit pas », résume Yazdan Yazdanpanah, un des chercheurs qui chapeautent Discovery, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat de Paris et membre du conseil scientifique Covid-19 (lire aussi la boîte noire). Gilead a-t-il eu connaissance de ces résultats avant la signature d’un accord de pré-achats de Remdesivir avec la Commission européenne ? Oui, selon l’OMS, qui explique à Mediapart que « Solidarity s’engage à informer les fabricants des médicaments dix jours avant la publication des résultats ».

L’OMS avait informé Gilead de l’inefficacité du Remdesivir

Alors qu”il était parfaitement informé de l’inefficacité de son médicament selon l’OMS, le Gilead aurait donc massivement vendu son médicament à la Commission européenne. Mais cela, le laboratoire le conteste : « L’OMS a fourni à Gilead un premier manuscrit fin septembre. Une nouvelle version du manuscrit a été rendue publique le 15 octobre. Gilead ne l’a reçue que quelques heures avant sa publication. Cette version contient des informations différentes de celles qui figuraient dans le premier manuscrit », se défend le laboratoire américain interrogé par Mediapart sans davantage de précisions à l’heure où nous publions cet article sur le contenu exact de ce premier manuscrit transmis fin septembre.

Néanmoins, explique Mediapart, “la Commission européenne, elle, ne nous a pas indiqué si elle avait connaissance des résultats préliminaires de l’étude de l’OMS avant de signer ce contrat de pré-achat avec Gilead. Cet accord représentait pour la firme la dernière chance de tenter d’écouler au moins 500 000 doses de Remdesivir pour un montant total de 1 milliard d’euros, si elles étaient toutes achetées. Le système est le suivant : la Commission précommande pour avoir du stock. Et ensuite, les pays membres achètent. La Commission européenne a affirmé à Mediapart ne pas être en mesure de dire quelle part de ces 500 000 doses a déjà été achetée par des États pendant la semaine qui s’est écoulée entre la signature du contrat avec la Commission européenne et la publication des résultats défavorables de l’OMS.”

De son côté, Gilead garde aussi le silence mais nous a cependant indiqué qu’ « à l’heure actuelle, aucune commande n’a été passée en France dans le cadre de cet accord ».