Bruxelles : un commissariat brûle suite à la manifestation “Justice pour Ibrahima

Alors que la manifestation était presque terminée, la police a fait usage d’une certaine répression à l’égard des manifestants et même des riverains qui étaient statiques ou passants, ce 13 janvier. La manifestation au départ avait comme mot d’ordre de demander justice pour Ibrahima, mort suite à une arrestation dont les circonstances sont toujours floues à l’heure actuelle.

Des heurts ont eu lieu. La police a fait usage de matraque, et une nervosité et une tension palpable ont pu être constatées par les personnes présentes à la place Liedts, à Bruxelles qui était l’épicentre de ces événements.

Un commissariat s’est retrouvé en feu. La police ne savait plus où donner de la tête et montrait ses matraques fréquemment à quiconque s’approchait un peu trop près d’eux ou du cordon de policiers. Des citoyens, eux, de leur côté, semblaient faire preuve de solidarité et aidaient à éteindre le feu.

Le mot d’ordre des manifestants lui n’a pas changé : justice pour Ibrahima.