Bruxelles : les policiers de la zone Nord ont testé les caméras piétons

La critique envers les policiers est croissante depuis un certain temps déjà. Cela est dû aux violences policières qu’on a pu observer ces derniers mois, en France comme en Belgique ainsi qu’aux abus de pouvoir de toute sorte qui ont permis d’être relayés par la presse à travers des vidéos, notamment.

En France, on peut citer les cas de Michel Zecler (novembre 2020), de Mohammed Gabsi (avril 2020) ou de Paul (avril 2019) mais aussi les cas plus graves – puisqu’il y a eu mort d’homme – de Cédric Chouviat (janvier 2020) ou d’Adama Traoré (2016).

En Belgique, il y a eu l’affaire Mawda, jeune fille de deux ans qui s’est fait tirer dessus dans la tête par un policier, lors d’une course-poursuite avec une camionnette de réfugiés dans laquelle elle se trouvait.

Le covid et le port du masque a aussi donné l’occasion aux policiers de pratiquer certains excès de zèle. Bien que cela soit plus anecdotique, on peut citer celui de Selim qui avait simplement baissé son masque à l’entrée de son lieu de travail pour fumer une cigarette et qui avait reçu 250 euros d’amende.

Bodycams

Les bodycams (ou caméras piétons) ont été achetées en réalité au cours de l’année 2020. La zone de Bruxelles-Nord (qui reprend les communes Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Evere à Bruxelles) dispose donc à ce jours de 8 bodycams de différents modèles. Les accords pour entrer en phase de test ont été donnés par les trois conseils communaux concernés entre septembre et novembre de cette année. “On finalise maintenant l’analyse juridique, l’analyse des risques opérationnels, et des réunions ont cours pour régler les derniers éléments logistiques et pratiques”, explique Audrey Dereymaeker. D’après les dernières discussions, il est question de faire tester les bodycams par 4 à 5 brigades, liées notamment aux services d’intervention et de la circulation, et d’étaler la phase-test sur un à deux mois.

Au sein de la zone de Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Jette et Koekelberg), après des phases tests fin 2019 et début 2020, les bodycams sont entrées en utilisation dans les rangs des brigades cyclistes depuis cet été et sont ce mois-ci en train d’être d’être distribuées aux équipes qui travaillent dans les transports en commun. Il est prévu d’équiper par la suite les motards, le service trafic et le service intervention. “On a la volonté d’équiper toutes nos patrouilles actives sur le terrain”, souligne la porte-parole de la police Bruxelles-Ouest Caroline Vervaet. La zone dispose aujourd’hui de 32 bodycams et prévoit d’en acheter une vingtaine de plus en 2021.

La police de Bruxelles-Ixelles a mené une première phase de test du 10 février au 8 mars avec 15 bodycams déployées dans les brigades territoriales liées aux appels 101 ainsi que parmi les bikers et les agents dédiés au trafic. “Lors de ce premier test, il a été constaté que l’utilisation des bodycams apporte une réelle plus-value dans le cadre des interventions menées quotidiennement par nos services opérationnels”, a relevé Gwendoline Wilmots, porte-parole à la police de Bruxelles-Ixelles. “Elles constituent un gage de sécurité non négligeable tant pour le policier que pour le particulier ainsi qu’un outil favorisant une amélioration en termes de qualité de nos interventions. Toutefois, l’évaluation a également démontré que la phase-test était trop courte et qu’elle devrait être étendue à de multiples fonctions”. Une deuxième phase-test d’une durée de 6 mois impliquera tous les services opérationnels dès réception en 2021 de 231 bodycams supplémentaires.

Concernant la zone Marlow (Uccle, Auderghem et Watermael-Boitsfort, toujours à Bruxelles), les policiers portent des bodycams depuis mai 2020. “90 policiers sont formés”, précise Laurent Masset, porte-parole de la zone. “Le port de la bodycam se fait sur base volontaire. Le fait d’activer ou non la caméra est à la discrétion du policier en fonction du contexte et des circonstances”. Une évaluation est prévue début 2021.

Et pour ce qui est de la police de Bruxelles-Midi (Anderlecht, Saint-Gilles et Forest), une firme a présenté des bodycams au collège de police du 30 novembre. Elle prévoit d’entrer en phase d’acquisition avec l’objectif d’initier une phase-test courant 2021. L’agenda est similaire pour la zone Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert). Un accord de principe vient d’être donné en cette fin 2020 par le Collège de police, ainsi que par les syndicats.