Bruxelles : un rassemblement contre l’extrême-droite aura lieu ce samedi 3 octobre

Un rassemblement contre l’extrême-droite aura lieu ce samedi 3 octobre à la gare centrale de Bruxelles, Belgique. Organisé par les collectifs CADTM (Collectif pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde), le MOC, la CNE, la CSC Bruxelles, etc. (au total treize collectifs ou organisations) ont appelé les citoyen-ne-s à se réunir autour du mot d’ordre : “L’extrême droite est criminelle !”. Il s’agit clairement d’une réponse à la manifestation du Vlaams Belang (quelques jours avant la formation du gouvernement fédéral qui vient d’être constitué) en Belgique, dans laquelle des saluts et symboles nazis ont été observés.

Sur la page Facebook de l’événement, on peut lire : “En Belgique ou en Grèce, l’extrême droite est criminelle. Ce dimanche 27 septembre, le Vlaams Belang organise un cortège en voitures sur Bruxelles. Alors que de nombreux mouvements sociaux se sont vus interdire ou limiter leur droit à la liberté d’expression, et que la marche « Oostende tegen racisme » prévue le même jour est interdite, le Vlaams Belang reçoit l’autorisation de propager ses idées nauséabondes au plus proche de la capitale, et ce quelques jours seulement après avoir paradé en zone neutre au moment où la coordination des sans-papiers manifestait pour l’égalité en dignité et en droits. Le parti d’extrême droite s’érige en défenseur de l’électeur flamand contre un gouvernement francophone et appelle à de nouvelles élections. Malgré ses efforts pour se présenter comme formation démocratique « normale », nous nous devons de rappeler ce que ce parti est vraiment. Son parti frère grec néo-nazi, Aube Dorée, accusé d’être une organisation criminelle et dont le procès arrive à son terme, illustre où la banalisation de l’extrême droite peut mener“.

Bannière de l’événement contre l’extrême-droite à Bruxelles – DR (Facebook)

Tant l’extrême-droite belge que celle de Grèce sont pointées du doigt par ces collectifs organisateurs du rassemblement du 3 octobre à la gare centrale de Bruxelles. On peut toujours lire sur la page de l’événement Facebook, un référence d’un meurtre d’un rappeur militant contre le racisme : “Après 5 ans et demi de procès, le verdict sera prononcé le 7 octobre. Sept ans après le meurtre du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas, poignardé dans le quartier de Keratsini, au Pirée par un membre d’Aube Dorée, sa famille, le mouvement antifasciste grec et européen espère que justice soit faite pour ce meurtre, ainsi que celui du migrant Sahzad Lukman, et pour les dizaines de tortures et agressions perpétrées par les bandes du parti néo-nazi contre des migrants, des syndicalistes, des militants antifascistes et des personnes LGBTQI“.

Le port du masque et la distanciation physique est rappelée et demandée par les organisateurs du rassemblement. A l’heure qu’il est 662 personnes ont répondu présent sur la page de l’événement Facebook, chiffre qui peut bien sûr augmenter.