Bruxelles : l’agression d’un éboueur a fait monter la colère chez les travailleurs de la propreté

Cette agression d’un travailleur de la propreté publique a eu lieu vendredi 24 juillet dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean, à Bruxelles. Dans un post facebook publié le 28 juillet, le syndicat CGSP a rapporté cette histoire et où en est la procédure aujourd’hui pour la justice. Ce lundi 27 juillet, des membres de ce syndicat s’étaient d’ailleurs rassemblés afin d’exprimer leur mécontentement.

Que s’est-il passé vendredi ? Le syndicat CGSP (de Molenbeek) nous explique les faits de la façon suivante : “Au moment où un agent faisait son travail quotidien, il a été pris à partie par un jeune citoyen“. Cela semble s’être vite envenimé car : “ce dernier [le jeune] a commencé par une agression verbale avant de terminer par des coups de poing au visage de l’agent“.

Résultat, le travailleurs a été blessé à l’arcade de l’œil et “il s’en sort avec quelques points de sutures”, nous dit la CGSP, photo à l’appui.

Le syndicat a arrêté le travail pour protester

De ce fait, la colère est montée dans les rangs des éboueurs et autres travailleurs du secteur de la propreté publique. La CGSP a voulu agit et déclaré : “Les représentants des travailleurs ont été reçus par les autorités politiques et administratives. L’entretien a produit quelques garanties notamment la reprise rapide des débats“. Celle-ci est prévue dès la seconde quinzaine du mois d’août 2020. “Il s’agit de travailler autour d’un cahier de revendication préalablement déposé en juin dernier. Quelques points importants des revendications : le renforcement des effectifs, l’acquisition du charroi adéquat et adapté, un réel plan de formation à l’endroit des agents du nettoiement, un plan de carrière…“, ajoute le syndicat.

Photo de CGSP ACOD ALR LRB.
Photo du rassemblement des travailleurs de la propreté publique à Bruxelles – Photo CGSP

Les travailleurs de la propreté publique ont exprimé leur mécontentement ce lundi. La mobilisation a été totale, ils ont tous répondu à l’appel du front commun syndical suite à une agression sur l’un des leurs vendredi dernier. C’est ainsi que les travailleurs ont décidé d’un arrêt de travail ce lundi dès 7 heures du matin, et ce pour une durée d’un jour. L’action a débuté au dépôt sis rue des quatre – vents 75. Ils ont été rejoints par l’ensemble des trois autres dépôts notamment le Maritime et le rural.

Ce n’est pas la première fois que ça arrive

Les travailleurs semblent en avoir assez de travailler dans des conditions pareilles. La CGSP déclare : “les travailleurs font souvent l’objet de plusieurs agressions verbales voire physiques de la part des citoyen molenbeekoises. La recrudescence de ces actes inciviques semble croire qu’il y a une « banalisation » de ces comportements“.

L’agression du vendredi 24 juillet est une goutte d’eau de plus. “Dans les actes inciviques on dénombre un pléthore de dépôt clandestin d’immondice et des déchets de tout genre. Ces actes portent à confusion et sabotent tous les efforts produits par les agents communaux du nettoiement à rendre cette commune propre et belle“, peut-on lire également dans le message du syndicat sur cette affaire.

Suivi du dossier agression et de la victime

La commune fera le suivi de toutes les plaintes déposées et pendantes au parquet. Si besoin elle se constituera partie civile et saisira le juge d’instruction. Les autorités se sont engagées à apporter tout leur soutien à l’agent victime. Les organisations syndicales (“OS”) aussi “sont à pied d’œuvre pour encadrer le travailleur. Le retour au normal est prévu pour demain mardi”, a finalement déclaré la CGSP toujours sur son post Facebook.