Bruxelles : des policiers violentent un homme et ordonnent de ne pas filmer la scène (VIDÉO)

Les faits ont eu lieu à la gare centrale de Bruxelles, en Belgique, ce 21 juin. Ce qu’on peut voir sur les images filmées par un témoin de la scène est qu’un certain nombre de policiers en service s’en sont pris un homme et l’ont frappé, à côté des machines d’achat de tickets, non loin du long couloir qui mène au métro puis dans le hall de la gare, près des guichets centraux.

Au début de la vidéo, on voit un policier donner (ou tenter de donner) des coups de pieds à l’encontre de l’homme qu’il tente d’arrêter, aidé par son collègue.

Ensuite, l’homme a été soulevé du sol, par une jambe et les bras et enfin plaqué au sol sans ménagement par les policiers. La scène a fait scandale sur les réseaux sociaux. Alors qu’elle n’avait pas été postée depuis un jour, la vidéo avait déjà fait plus de 70.000 vues (en date du 24 juin à 12h15… chiffre qui n’a pas fini de monter, au fur et à mesure des partages de la vidéo sur les réseaux).

Un ami de la victime que l’on voit se faire frapper et soulever par les policiers raconte les faits : “Aux environs de 22h nous sommes arrivés à la gare centrale, on attendait un train qui était prévu à 22h30. Nous étions sur les escaliers de la gare.” Il précise qu’avant cela, des policiers des chemins de fer les avaient déjà interpellé et que ce sont eux qui ont appelé la police que l’on voit sur ces images.


“L’officier Présent sur les lieux était de la police fédérale” déclare le témoin, “nous étions en plein conversation entre amis quand le policier est arrivée derrière nous”.
Le témoin ajoute : “Il [un policier – ndlr] a poussé violemment un de mes amis dans les escaliers en lui demandant de dégager. Le comportement violent de l’officier, nous a tous révolté car on était dans l’incompréhension. Il m’a par la suite poussé jusqu’au bout des escaliers en me tenant par le bras, [comme si j’étais] un fugitif.”

Ce policier aurait alerté ses collègues pour venir en renfort. “Tout ceci a résulté à une garde à vue de 22h”, conclut le témoin.

Le comportement d’un des policiers est illégal

Alors que l’homme, d’origine africaine (ce qui peut avoir son importance d’être précisé, à une période où le racisme dans les rangs de la police est de plus en plus dénoncé), un policier de la brigade canine, avec son chien en laisse avec lui, s’est approché de la personne qui filmait. On le voit à la fin de la vidéo. “Arrête de filmer”, dit le fonctionnaire de la police fédérale en pointant le doigt et en s’approchant de la personne qui captait des images de la scène.

Des faits d’intimidation voire de menace avaient déjà été commis par des policiers notamment à la marche Black Lives Matter, à l’encontre des reporters d’ODP news ou encore contre Jérémy Audouard, journaliste français. Nous avions traité les articles à l’époque. D’autres exemples, notamment à l’encontre d’un journaliste RTBF devant le centre fermé (qui avait même été arrêté). Cela serait-il une coutume d’interdire la captation d’images ?