Sur Facebook, il appelle tous les coiffeurs et l’horeca à rouvrir d’eux-même le 1er février

Avec la crise sanitaire, de nombreux lieux sont fermés. Il y a bien évidemment tout le secteur de l’horeca (hôtels, restaurants, cafés) mais aussi l’ensemble des salons de coiffure sur le territoire belge, les barbiers, les salons d’esthétique, et de nombreux lieux de loisirs, de culture (cinéma, théâtre, etc.) et de fête (comme les discothèques, par exemple). Toutes les personnes travaillant dans ces secteurs sont au bord du gouffre et le rappellent régulièrement. Les aides covid sont bien insuffisantes pour tenir, disent-ils.

C’est la raison pour laquelle Geoffrey de Grivegnée, coiffeur et barbier à Grivegnée (Liège), a décidé de lancer un mouvement : il appelle tous les coiffeurs à rouvrir le 1er février si le gouvernement devait une fois encore ne leur offrir aucune perspective de sortie de crise ou d’aide conséquente sous entendu.

Il s’agirait plus d’un cri de détresse que d’un appel à la désobéissance civile. Il se fait ainsi le porte-parole d’un mouvement espérant être enfin entendu, c’est que précise Geoffrey qui posté ce message sur le réseau social Facebook : « Si on n’a pas de perspective de réouverture au prochain conseil, je vous demande à vous les coiffeurs, tatoueurs, esthéticiennes, patrons de cafés et restaurants de rouvrir tous ensemble sans leur accord le premier février ! ».