Belgique : l’incendie du centre de réfugiés à Bilzen en 2019 a été commis par l’extrême-droite (VIDEO)

L’incendie d’un centre de réfugiés dans la ville de Bilzen (Flandre, Belgique) a eu lieu en novembre 2019. Cet acte était d’origine criminelle. La première ministre de l’époque, entre autres, avait appelé à ne pas céder à la haine. Aujourd’hui, des personnes ont été arrêtées pour ce fait. Parmi les personnes arrêtées, un homme qui s’était rendu à un grand rassemblement du Belang.

Ainsi donc, trois personnes ont été interpellées par la police, dans le cadre de l’enquête sur l’incendie qui s’était déclaré en 2019 dans un futur centre pour demandeurs d’asile à Bilzen, près de Hasselt dans le Limbourg, au nord-est de la Belgique.

Un homme d’environ 60 ans connu pour ses accointances avec l’extrême droite, dont le groupe indépendantiste flamand “Voorpost” fait partie des trois interpellés. L’homme se dit être un “militant de droite” mais, par contre, conteste être nazi. Peu crédible selon certains car il s’était fait connaître sur le web après la diffusion d’une photo de son pick-up arborant des symboles nazis au cours d’un rassemblement du Vlaams Belang le 27 septembre dernier sur le parking C du Heysel à Bruxelles, comme l’avait rapporté ODP news.

Le député Ecolo Simon Moutquin n’a pas manqué de le rappeler sur les réseaux sociaux : “Il y a quelques mois, l’homme qui conduisait cette voiture, décorée de symboles hitlériens, vers un rassemblement du Vlaams Belang à Bruxelles disait : “Je vote à droite, mais je ne suis pas un nazi”. Aujourd’hui, le militant du Vlaams belang aurait été arrêté (…). L’extrême-droite est dangereuse, l’extrême-droite tue.”

Le parquet du Limbourg a confirmé que l’individu avait été interpellé début de semaine, mais l’information n’a été communiquée que ce 9 décembre. “Nous avons des indices selon lesquels il a déclenché l’incendie“, a déclaré Bruno Coppin, du parquet limbourgeois, ajoutant que le juge d’instruction l’a donc fait arrêter pour incendie volontaire.

Le bâtiment incendié en 2019 était originellement un home qui devait être réaffecté en centre d’accueil pour demandeurs d’asiles et réfugiés. C’était une information qui avait suscité beaucoup de critiques à droite et à l’extrême-droite, notamment de la députée du Vlaams Belang Annick Ponthier, logiquemen très opposée au projet. Elle avait toutefois déclaré “regretter” cet incendie, lorsqu’il avait eu lieu.